Gossip : l’application de retour sans vraiment changer

Par , publié le
Mobile
Application mobile Gossip

Après avoir été mise hors ligne sur les boutiques d’applications, le service de ragots Gossip est de nouveau disponible au téléchargement.

Gossip, l’application mobile la plus controversée du moment, n’a pas fini de faire parler d’elle. Après avoir été suspendu à la fin du mois avril dernier, l’appli qui permet de partager ses ragots a été remise en ligne.

Certaines associations et les syndicats lycéens s’insurgent contre ce retour et demandent à ce que l’application soit supprimée définitivement.

Gossip revient comme si de rien n’était

Malgré les critiques et les accusations qui la visent, Cindy Mouly, la créatrice de Gossip, a donc décidé de remettre l’application en ligne. Comme un pied de nez à ses détracteurs, Cindy Mouly a assorti le retour de Gossip sur les boutiques d’applications mobiles d’un petit message qui semble bien provocateur « Sans rancune xoxo ».

Faisant fi des accusations, la créatrice de Gossip n’a pas changé grand-chose et annonce seulement que la modération sera renforcée. Les utilisateurs qui iront trop loin dans la critique et qui recevront 5 avertissements seront exclus du service. L’application est désormais réservée au « plus de 18 ans ».

Le profit sur le dos des ados

La créatrice de l’application ne cache pas son ambition de revendre cette dernière. Elle ne pouvait donc pas la laisser tomber dans l’oubli et l’appel du profit a donc été plus fort que les accusations de cyberharcèlement. Sur le fond en fait, rien n’a vraiment changé puisque l’âge de l’utilisateur n’est pas demandé à la connexion. On se demande également comment la modération pourra avoir gagné en efficacité car rien n’a filtré sur le sujet.

Les syndicats lycéens sont très remontés par ce retour de Gossip sur l’App Store et le Google Play Store et demandent à ce que l’application soit supprimée définitivement. De son côté, Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l’Éducation Nationale « la réouverture de l’application pourrait venir affecter un climat serein au sein des établissements. »

Partager cet article