Faute de compte Twitter, il est refusé en master

Par , publié le
France Photo d'illustration. Twitter, le réseau social.
Photo d'illustration. Twitter, le réseau social.

Un étudiant a été refusé en Master 2 TIC. L'université lui reproche ne pas avoir de compte Twitter.

Ses notes ne sont pas en cause. Un étudiant angevin va se souvenir longtemps de son refus d’admission en Master. Alors qu’il visait une deuxième année en Marketing et TIC (Technologies de l’information et de la communication) à l’université d’Angers, cet étudiant de 22 ans a été recalé pour motif qu’il ne possédait pas de compte Twitter, ni de compte Linkedin.

Un refus assez inédit, qui pose problème sur le plan juridique : « Avant même d'avoir passé mes examens de deuxième semestre, mon responsable pédagogique m'a averti par mail que je n'étais pas accepté en master 2 malgré mes bonnes notes", explique le jeune homme dans des propos rapportés par Ouest-France. "J'ai dû attendre un mois avant qu'il m'explique la cause de ce refus."

Le tribunal administratif de Nantes suspend la décision

Ayant eu recours à la justice pour expliquer son cas, le tribunal administratif de Nantes lui donne raison, et décide de suspendre la décision de l’université d’Angers, en lui accordant huit jours pour présenter une décision finale, qui sera là encore validée ou non par le tribunal. L’université d’Angers a proposé à l’étudiant d’intégrer une autre formation où les réseaux sociaux sont moins présents, offre rejetée par l’étudiant.

Twitter de plus en plus présent dans les entreprises

Si le cas de ce jeune étudiant est une première d'un point de vue juridique, d’autres histoires ou anecdotes incluant twitter sont de plus en plus fréquentes. Il y a deux ans, une jeune fille qui était en stage de 3eme se plaignait sur son compte twitter de ses journées monotones passées au Figaro. Une complainte qui a fait écho sur la direction, qui lui a signifié, toujours sur Twitter que son stage s’arrêtait immédiatement.

Crédits photos : Denys Prykhodov / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus