Facebook Messenger : plus de 11.000 bots déjà en place

Par , publié le
Web Photo d'illustration. L'application Messenger de Facebook.
Photo d'illustration. L'application Messenger de Facebook.

Facebook Messenger dispose déjà de plus de 11.000 bots prêts à discuter avec les membres de la plate-forme. Un chiffre notamment obtenu via l'outil Messenger Platform, permettant à des développeurs tiers de concevoir leurs propres bots.

À la mi-avril était lancé Messenger Platform, un outil destiné aux développeurs tiers désirant concevoir leurs propres bots pour les intégrer à Facebook Messenger. À l'heure actuelle, on compte plus de 11.000 bots sur la plateforme, comme l'a indiqué le directeur de Messenger Plaform David Marcus lors du salon Viva Technology.

Auprès de nos confrères de 01net.com, il a ajouté que "23 000 développeurs [...] se sont inscrits sur la plate-forme", des chiffres que ses équipes et lui traduisent en "succès". Questionné sur le problème de bots un peu trop collants et des sollicitations pas toujours appropriées, David Marcus a d'abord signifié que "Facebook Messenger garde un droit de regard sur les bots avant leur déploiement et [que] nous n’acceptons pas ceux qui ne respectent pas notre charte de qualité ou nos règles de confidentialité."

11.000 bots sur Facebook Messenger grâce à Messenger Platform

Avant de poursuivre en indiquant que des solutions existent d'un côté comme de l'autre pour que ces bots ne soient plus un souci : "Nous avons aussi la possibilité de les bloquer après coup et d’être alerté lorsqu’un bot est trop souvent désactivé.  Quant aux utilisateurs, ils peuvent désactiver les notifications et bloquer les bots."

Le directeur de Messenger Platform reconnaît dans le même temps "que les premiers bots n’étaient pas tous de qualité". Les prochains devraient logiquement être de plus en plus évolués : "Nous travaillons maintenant à ce que toutes les interactions ne soient pas forcément conversationnelles. Que les gens puissent cliquer sur des images ou sur une liste de réponses possibles sans avoir besoin de prendre la peine d'écrire. On espère lancer aussi très bientôt la possibilité de commander une pizza ou un taxi depuis un bot dans Facebook Messenger en France comme c’est déjà le cas aux États-Unis."

"Facebook M" : une intégration prévue dans trois ans maximum

Sur le sujet de l'assistant personnel "Facebook M" annoncé l'année dernière, M. Marcus parle d'une progression continue des travaux et d'une intégration possible d'ici quelques années : "Nous continuons à avancer. Je pense que nous serons en mesure de l’intégrer dans nos serveurs d’ici deux ou trois ans. [...]

Le principe est de s’appuyer à la fois sur une intelligence artificielle et des ressources humaines pour répondre aux questions des internautes formulées en langage naturel. Au départ, l’intelligence artificielle n’était même capable de dire le temps qu’il fait à Bordeaux. Depuis, nous avons beaucoup progressé. Les hommes sont là pour apporter de la valeur ajoutée aux réponses et permettre à la machine de mieux comprendre les requêtes. Mais Facebook M sera difficile à internationaliser."

Crédits photos : Jakraphong Photography / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus