Eure-et-Loir : un homme grièvement blessé par l'explosion d'un obus

Par , publié le
Faits Divers L'ambulance des pompiers (photo d'intervention)
L'ambulance des pompiers (photo d'intervention)

Vendredi soir en Eure-et-Loir, un collectionneur d'armes s'est lourdement blessé après que l'obus qu'il manipulait dans son garage ait explosé.

Les faits se sont produits vendredi soir dans la commune de Mainvilliers (Eure-et-Loir). Il était aux alentours de 17h30 lorsqu'une explosion a retenti, celle d'un obus qu'un collectionneur d'armes des deux guerres mondiales était en train de manipuler dans son garage.

Le site Radio Intensité rapporte que l'homme, âgé d'une cinquantaine d'années, a été héliporté à Paris après avoir été sérieusement blessé au niveau de l'abdomen. Six autres personnes, incluant la femme et le fils du collectionneur, ont également été physiquement touchés par cet incident qui mobilisera près de soixante pompiers.

Explosion dans l'Eure-et-Loir : des dizaines d'obus retrouvés sur les lieux

Des démineurs, venus de Versailles, se sont rendus sur place où seront retrouvés plusieurs dizaines d'obus, que ce soit dans le garage, la maison ou encore l'abri de jardin. Un maximum de quatre heures était censé suffire à ces démineurs pour leur permettre de déterminer le degré de dangerosité des explosifs, certains pouvant en effet apparaître instables.

Un défilé des pompiers maintenu

Par mesure de sécurité, quelque vingt pavillons de la zone ont dû être évacués, et le quartier entourant le stade Maroquin bouclé, même si la salle du stade a été ouverte aux personnes contraintes à quitter leur domicile. On apprend de même que le gymnase Maroquin a fourni couvertures, lits de camp et boissons chaudes, avec une aide alimentaire quant à elle apportée par la Croix Rouge. Le directeur du cabinet du préfet a lui aussi rejoint les lieux, et l'on nous informe pour finir que le défilé des pompiers du centre de secours prévu pour démarrer en ce vendredi soir a été maintenu en dépit des circonstances.

Crédits photos : © AFP/Archives Thierry Zoccolan

Partager cet article