États-Unis : Daesh se rend coupable de "génocides" pour Kerry

Par , publié le | modifié le
International John Kerry, chef de la diplomatie américaine, ici à Istanbul en 2013.
John Kerry, chef de la diplomatie américaine, ici à Istanbul en 2013.

Par l'intermédiaire de son secrétaire d'État John Kerry, les États-Unis viennent de considérer les exactions de Daesh commises contre des minorités religieuses telles des "génocides".

Pour les États-Unis, Daesh est responsable de "génocides" de par son massacre des minorités chrétienne, yazidi et chiite. Le secrétaire d'État américain John Kerry n'a ainsi finalement que confirmé la teneur des exactions de l'organisation terroriste telle que présentée par cette dernière : "L’EI [NDLR : État islamique, autre nom de Daesh] affirme lui-même qu’il commet des génocides, des faits confirmés par son idéologie et par ses actions, par ce qu’il dit, par ce qu’il croit et ce qu’il fait".

Et de poursuivre, cité ici par nos confrères de Libération : "L’EI est aussi responsable de crimes contre l’humanité et de nettoyage ethnique contre ces mêmes groupes et, dans certains cas, contre d’autres musulmans sunnites, contre les Kurdes et d’autres minorités".

Daesh aussi "responsable de crimes contre l'humanité" pour Kerry

Jeudi, Josh Earnest, porte-parole du président américain Barack Obama, a déclaré être préparé à coopérer "avec des efforts indépendants pour enquêter sur un génocide" perpétré en Irak et en Syrie par des djihadistes.

Précisons que si la désignation des massacres de Daesh en "génocides" ne contraint pas le gouvernement américain à solliciter la justice internationale, M. Earnest a toutefois signifié que les États-Unis appuieraient volontiers toute action judiciaire menée contre les djihadistes : "[Le tribunal pénal international] est typiquement l’organisation qui se pencherait là-dessus, et vu le jugement émis par le secrétaire Kerry, les États-Unis soutiendraient cet effort à la fois dans la rhétorique, mais aussi d’une manière tangible".

L'objectif d'"affaiblir et détruire" l'organisation terroriste

La sortie de John Kerry a été favorablement accueillie, entre autres, par le centre Simon Wiesenthal chargé du recensement des génocides : "Nous renouvelons notre appel aux autorités américaines pour qu’elles mettent les yazidis et les chrétiens au sommet de la liste dans les demandes d’immigration dans notre pays". Le secrétaire d'État américain a également affirmé que les États-Unis consacraient toutes leurs forces possibles dans ce conflit de manière à "affaiblir et détruire" Daesh via une coalition de 66 pays.

Crédits photos : fotostory / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus