Découverte d'un mammifère contemporain des dinosaures

Par , publié le
Sciences Vue d'artiste de Spinolestes xenarthrosus, dont les restes ont été retrouvés en Espagne.
Vue d'artiste de Spinolestes xenarthrosus, dont les restes ont été retrouvés en Espagne.

En Espagne, une espèce de mammifère ayant vécu en même temps que les dinosaures a été découvert. Il y a 125 millions d'années, le poilu et épineux animal nommé "Spinolestes xenarthrosus" avait la taille d'un rat.

Evacuons de suite le nom scientifique de cette nouvelle espèce de mammifère dont les restes fossilisés ont été découverts en Espagne par une équipe internationale de paléontologues : Spinolestes xenarthrosus foulait les mêmes terrains que les dinosaures il y a de cela 125 millions d'années.

Poilu, garni d'épines, avec des pattes de tatou

Dans un premier temps, il convient de préciser que Spinolestes a été découvert à Las Hoyas, une véritable mine d'or pour les paléontologues du monde entier. En effet, ce gisement du Crétacé inférieur (entre 100 et 146 millions d'années derrière nous) renferme de nombreux fossiles, pris au piège d'un ancien terrain constitué de marécages. "Plantes aquatiques et terrestres, insectes, poissons, amphibiens, crocodiles, dinosaures, on avait trouvé de tout… Il ne manquait que les mammifères", précise Romain Vullo du CNRS de Rennes et co-auteur de l'article paru dans la revue Nature.


Les scientifiques estiment qu'il mesurait 25 centimètres, pour un poids compris entre 50 et 70 grammes. Ses pattes fouisseuses pourraient évoquer celles d'un tatou. Sur son dos, une sorte de crinière composée de poils donc, mais aussi par endroits d'épines comme celles qui ornent le corps d'un hérisson.

Spinolestes : des os trouvés, mais pas seulement

Mais ce qui le rend unique, hormis ces épines, ce sont les tissus mous retrouvés, un peu comme si l'animal avait été momifié. Ainsi, bronchioles des poumons et restes de foie ont été mis au jour. Thomas Martin, de l'Université de Bonn et co-auteur de l'étude précise qu'"Il s'agit des plus anciens organes internes de mammifères jamais trouvés".

Et ce n'est pas la seule prouesse : le diaphragme a pu être localisé, "une première preuve fossile que le système respiratoire unique des mammifères était bien fonctionnel dès le Mésozoïque". Et pour Zhe-Xi Luo, de l'Université de Chicago, voilà "des preuves concluantes que plusieurs caractéristiques fondamentales des mammifères étaient déjà bien établies il y a 125 millions d'années, au temps des dinosaures".

Crédits photos : Revue Nature / Oscar Sanisidro

Partager cet article

Pour en savoir plus