Charente : une adolescente grièvement blessée par un coup de couteau

Par , publié le | modifié le
Faits Divers Photo d'illustration. Des véhicules de la police.
Photo d'illustration. Des véhicules de la police.

Mardi matin en Charente, une adolescente de 17 ans a été poignardée par une autre jeune femme. Admise à l'hôpital dans un état grave, ses jours ne sont cependant pas en danger.

Le drame s'est produit mardi matin dans la commune de Soyaux (Charente). Une adolescente âgée de 17 ans a été poignardée à un arrêt de bus, ses graves blessures ayant ensuite motivé son hospitalisation. Aux dernières nouvelles, son pronostic vital n'était pas engagé.

Nos confrères de Charente Libre retracent l'apparent déroulé des faits. Il est aux alentours de 7h30 lorsqu'un groupe de jeunes descend à l'arrêt de bus Auriol afin d'y récupérer une camarade. Et parmi ces jeunes, une autre adolescente qui, dans le contexte d'une altercation, a sorti un couteau pour en asséner un coup à une troisième jeune femme.

Adolescente poignardée en Charente : un contentieux ?

La victime a été touchée au niveau de l'aisselle, et son agresseur d'avoir alors pris la fuite. La jeune femme blessée a été prise en charge, nous dit-on, par les pompiers d'Angoulême, avant que le SMUR ne prenne le relais et que la victime de 17 ans ne soit par la suite transférée au centre hospitaliser de Girac dans un état grave.

Malgré tout, le pronostic vital de l'adolescente poignardée n'est pas engagé. Une enquête a été ouverte par les services de police pour déterminer le circonstances précises des faits, incluant de retrouver la principale suspecte de l'agression. Il apparaît toutefois déjà qu'un contentieux liait les deux jeunes femmes depuis un certain temps.

La victime se sentait menacée depuis deux mois

On apprend ainsi que les deux adolescentes, pas originaires de la même commune et non scolarisées au même endroit, étaient autrefois amies. Pour des raisons qui seront possiblement découvertes, une inimitié aura fini par s'installer entre elles.

Des camarades de la victime parlent d'un sentiment de menace que cette dernière éprouvait depuis deux mois, une impression visiblement alimentée par des SMS que recevait l'adolescente. D'après un lycéen interrogé sur le sujet, "l'un d'eux disait 'je vais te percer'".

Crédits photos : Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus