Cazeneuve dénonce la "stratégie du bobard assumé" de Le Pen

Par , publié le
Politique
Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur

Récemment attaqué par Marine Le Pen sur l'inaction présumée du gouvernement face à la menace antiterroriste, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve vient de dénoncer la "stratégie du bobard assumé" de la présidente du Front national.

Vendredi soir à Nice, la leader du Front national (FN) Marine Le Pen s'en était une nouvelle fois pris au gouvernement à qui elle reprochait ici son inaction en matière de lutte antiterroriste. Un gouvernement qui s'était contenté, selon Mme le Pen, de ne fermer qu'une seule mosquée salafiste suite aux attentats du 13 novembre prochain.

La leader du FN avait alors déclaré : "Combien d'étrangers fichés S ont été reconduits à la frontière ? Zéro. Combien d'associations douteuses ont été dissoutes ? aucune. La réponse est toujours la même, rien n'a été fait hier, rien ne se fait aujourd'hui, ou si peu." Via nos confrères du Point, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve vient de copieusement lui répondre.

Inaction présumée du gouvernement face au terrorisme : Cazeneuve répond à Le Pen

Pour M. Cazeneuve, la dirigeante d'extrême droite a usé de la "stratégie du bobard assumé". Et d'ajouter : "J'ai présenté depuis le début de l'année, avant même que les attentats de janvier n'aient lieu, et depuis les attentats de janvier, près de 34 dossiers d'expulsions de prêcheurs de haine qui, pour une grande partie d'entre eux, ont été mis en œuvre." Selon les dires du ministre, deux mosquées ont également été fermées.

Blocage de sites dangereux : "ce n'est pas grâce à Mme Le Pen qu'on l'a fait"

Bernard Cazeneuve poursuit son bilan en laissant entendre que de moins bons résultats auraient été enregistrés si Marine Le Pen avait été à la tête des opérations : "J'ai bloqué 87 sites appelant à la haine et au terrorisme : ce n'est pas grâce à Mme Le Pen qu'on l'a fait puisque ses députés se sont opposés à cette mesure. Mme Le Pen s'est opposée à toutes les mesures qui ont été proposées par l'Union européenne et par le gouvernement français pour lutter contre le terrorisme, parce qu'il y a une seule chose qui intéresse Mme Le Pen et son parti, par delà la multiplication chaque jour des approximations et des mensonges : c'est le trouble, la division, les difficultés, parce que c'est sur le terreau des difficultés que le Front national prospère." Le ministre de l'Intérieur a conclu son intervention en signifiant ne pas attendre de coopération avec le Front national : "Dans le respect des lois de la République, je ne peux pas compter sur le FN qui n'a voté aucune loi que nous avons proposée, qui convoque le mensonge comme je viens d'en faire la démonstration en trompant les Français".

Crédits photos : © Capture d'écran Youtube

Partager cet article

Pour en savoir plus