Cannes 2016 : Laurent Lafitte "sincèrement désolé" après sa blague sur le viol

Par , publié le
Culture Laurent Lafitte
Laurent Lafitte

Mercredi, en ouverture de la 69e édition du Festival de Cannes, le maître de cérémonie Laurent Lafitte s'est laissé aller à une blague sur le viol. Le comédien se dit aujourd'hui "sincèrement désolé" d'avoir offensé certaines personnes.

La 69e édition du Festival de Cannes s'est ouverte mercredi soir sur la Croisette. Pour sa première intervention, son maître de cérémonie Laurent Lafitte s'est notamment adressé à Woody Allen sur le ton de la plaisanterie : "Ça fait plaisir que vous soyez en France parce que ces dernières années vous avez beaucoup tourné en Europe, alors que vous n'êtes même pas condamné pour viol aux États-Unis."

Apparente coïncidence : quelques heures plus tôt, le fils du réalisateur américain Ronan Farrow signait dans les colonnes du Hollywood Reporter une tribune particulièrement véhémente envers son père. Une texte dans lequel il reprochait aux médias leur relatif mutisme vis-à-vis des accusations d'agression sexuelle dont Woody Allen fait l'objet depuis 20 ans.

Blague sur le viol : Laurent Lafitte inaugure son compte Twitter

Devant la réception pas totalement heureuse de sa plaisanterie, Laurent Lafitte avait expliqué jeudi que "c'était une vanne sur le puritanisme américain, sur le fait que c'est surprenant qu'un metteur en scène américain tourne autant de films en Europe, alors que Woody Allen n'en était pas obligé, n'étant pas accusé de viol dans son propre pays, comparé à Roman Polanski".

Et vendredi, après avoir assuré que son trait d'humour "ne visait personne", le comédien a signifié sur son compte Twitter, ouvert an août 2013 mais "vide" jusqu'alors, ses regrets (en français et en anglais) quant au malaise que sa plaisanterie a pu engendrer : "Je voulais être drôle, impertinent et décalé, je reconnais que mes propos aient pu être maladroits ou mal interprétés. Je suis sincèrement désolé pour tous ceux que j’ai blessés."

Woody Allen a "déjà tout dit de ce qu'il avait à dire"

Woody Allen n'a pas semblé plus touché que cela par les mots du maître de cérémonie. Comme réaction, le cinéaste aura déclaré avoir "déjà tout dit de ce qu'il avait à dire" au sujet des soupçons de viol planant sur lui, en se disant de plus "totalement favorable à ce que les comédiens fassent les plaisanteries qu'ils ont envie de faire".

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article

Pour en savoir plus