Avignon : 13 médecins urgentistes démissionnent en même temps

Par , publié le
Santé Des soignants dans un couloir de l'hôpital Tenon le 9 novembre 2010 à Paris
Des soignants dans un couloir de l'hôpital Tenon le 9 novembre 2010 à Paris

Treize médecins des urgences du centre hospitalier Henri-Duffaut à Avignon ont remis mercredi leur démission à la direction pour dénoncer les conditions de travail de l’établissement.

Ras-le-bol généralisés chez les médecins urgentistes du centre hospitalier Henri-Duffaut d’Avignon. Selon la chaîne LCI, 13 des vingt-huit médecins du service des urgences de l’hôpital ont décidé de remettre ensemble leur démission pour dénoncer les conditions de travail déplorables dans l’établissement.

Une situation tendue depuis plusieurs mois

Selon le secrétaire général de la CGT du centre hospitalier, Patrick Bourdillon, la situation est extrêmement tendue depuis plusieurs mois déjà. « Il y avait des tensions depuis quelques semaines, voire quelques mois. Ils sont à bout de nerfs » a confié le syndicaliste.

Si cette démission massive peut paraître surprenante, la direction de l’établissement était pourtant au courant de la situation tendue de l’établissement. Certains médecins avaient déjà menacé de quitter l’hôpital le mois dernier si les conditions de travail ne s’amélioraient pas selon un communiqué du centre hospitalier.

Forte activité et locaux vieillissants

Pour Patrick Bourdillon, il y a plusieurs raisons à ce ras-le-bol des médecins. Tout d’abord, la fréquentation du service qui reçoit en moyenne 180 à 200 patients adultes par jour. Un chiffre qui augmente de 6 % par an. Une situation qui déteint sur la qualité de soins « On ne fait plus de la qualité de soins, on fait de l’abattage, on est sur du chiffre » déplore le responsable syndical. Autre point de mécontentement, l’état de certains locaux qui seraient « extrêmement vieillissants ».

La direction de l’hôpital compte bien profiter de la période de préavis pour tenter de calmer la grogne des médecins. « La période de préavis est mise à profit pour poursuivre les discussions entre les médecins, le président de la commission médicale d’établissement et la direction en vue d’arrêter une organisation commune recueillant une plus forte adhésion », précise la direction dans un communiqué.

En attendant la suite des négociations, le service des urgences continue de tourner « normalement ».

Crédits photos : © AFP/Archives FRED DUFOUR

Partager cet article

Pour en savoir plus