Arcachon : un animateur de centre aéré mis en examen pour faits supposés de pédophilie

Par , publié le
Faits Divers
Illustration. Un véhicule de la police nationale.

Fin décembre, l'animateur d'un centré aéré d'Arcachon a été mis en examen pour agressions sexuelles sur mineurs. Il se se serait ainsi livré à des attouchements sur des fillettes âgées de 3 à 5 ans.

Le 30 décembre dernier, un jeune animateur de centré aéré de 20 ans a été mis en examen pour agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans. Moniteur à Arcachon, il se serait ainsi livré à des attouchements sur des fillettes âgées de 3 à 5 ans, à qui il aurait également imposé des fellations.

France Bleu, qui révèle l'information, mentionne des faits qui se seraient produits durant les vacances de Noël, et plus précisément à l'heure de la sieste selon plusieurs témoignages de parents. Une période pendant laquelle l'animation incriminé se trouvait systématiquement seul avec les enfants. Ajoutons que la procureur de la République à Bordeaux Marie-Madeleine Alliot a pour sa part parlé d'évènements survenus en 2016 mais aussi 2015.

Animateur de centré aéré suspendu pour pédophilie présumée

Le centre aéré en question est ouvert aux enfants scolarisés dans les écoles maternelles et élémentaires d’Arcachon et âgés de 3 à 12 ans. Après le dépôt d'une première plainte fin décembre ayant conduit à l'ouverture d'une information judiciaire puis à la mise en examen du suspect, ce dernier est désormais sous contrôle judiciaire à son domicile.

Si le jeune homme a été suspendu de ses fonctions à la rentrée après être pour la première fois intervenu dans ce centre en avril dernier en qualité de stagiaire, les parents des victimes appellent également à son incarcération.

Des parents qui demandent une incarcération

Le père de l'une des fillettes concernées déplore une certaine inaction sur ce dossier depuis maintenant deux semaines  : "J'étais fou de colère. J'ai trouvé ça très très grave sur des enfants de 4 ans [...]. J'espère que la justice va accélérer les choses parce que laisser les parents comme ça en souffrance 15 jours sans suite... Ça fait plus de 15 jours que l'affaire est en cours. La personne est toujours chez elle. Elle vient pointer tous les matins à la police apparemment comme si elle était aux Assedics, moi je ne trouve pas ça normal. J'espère qu'ils vont vite se réveiller et donner suite à cette affaire parce que c'est très très grave".

Crédits photos : Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus