Allemagne : Ohlala, un Uber du sexe tarifé

Par , publié le
Société La page d'accueil du site Ohlala.
La page d'accueil du site Ohlala.

A Berlin, une application inspirée du modèle Uber met en relation des personnes pour des relations sexuelles tarifées. De la prostitution occasionnelle, en quelque sorte.

S'il est un modèle lié à Internet qui donne des idées aux start-up un peu partout dans le monde, c'est bien celui d'Uber. Ici, c'est dans le monde du sexe qu'il fait des émules. En effet, à Berlin, une application appelée Ohlala propose de mettre en relation des adultes à la recherche de sexe. Des rencontres tarifées pour celles et ceux qui souhaitent des revenus complémentaires.

Ohlala : la géolocalisation au coeur du système

Les utilisateurs doivent au préalable s'inscrire sur le site internet. Ensuite, le principe est simple : après avoir décrit les détails du rendez-vous (horaire, tarif, lieu) sur l'application (qui n'est pas encore sortie), les femmes disponibles dans le voisinage apparaissent sur l'écran. Ne reste alors plus qu'à discuter un peu pour convenir des détails, et le rendez-vous peut avoir lieu, si ces dernières le décident.

"L’idée est de laisser le choix aux femmes de monnayer leurs charmes tout en éliminant les intermédiaires potentiels, les obligations d’agenda et tous les autres risques et contraintes avec lesquels une escort doit compter", a raconté l'instigatrice de l'appli Pia Poppenreiter à la RTBF. 

Une finalité de service qui ne dit pas son nom

"Quelles que soient les choses que ces deux personnes veulent faire – que ça consiste à tenir compagnie lors d’un dîner ou à finir au lit ensemble – il s’agit de leur vie privée et ils doivent se mettre d’accord en amont, avant de se rencontrer", plaide Pia. Mais s'il n'est pas fait mention de sexe sur le site internet, l'objectif marketing semble être tout à fait clair.

En Allemagne, ce genre de mise en relation est légal, les autorités préférant cela à des circuits plus souterrains. En France, la législation est bien plus stricte. Pia Poppenreiter, qui annonce déjà un élargissement du service à d'autres villes, ne parle d'ailleurs pas de la France.

Crédits photos : Capture écran

Partager cet article

Pour en savoir plus