Aisne : crash d'un grand drone venu de Belgique

Par , publié le
Faits Divers Photo d'illustration. Un drone.
Photo d'illustration. Un drone.

Lundi après-midi, un grand drone venu de Belgique s'est écrasé dans l'Aisne. L'Armée de l'air précise cependant qu'aucun dommage n'a été observé suite au crash.

L'incident s'expliquerait par une perte de contrôle de la part des opérateurs. Lundi après-midi, un grand drone venu de Belgique est ainsi venu s'écraser dans l'Aisne (Nord-Pas-de-Calais-Picardie). Préalablement au crash, qui n'a d'ailleurs causé aucun dommage d'après l'Armée de l'air, l'engin était suivi à distance par un Rafale.

Nos confrères du Parisien, qui rapportent l'information, détaillent les faits observés. En début d'après-midi, à très exactement 14h33, les autorités belges alertent leurs consœurs françaises qu'un drone de grande envergure vient d'entrer dans l'espace aérien hexagonal. Un grand drone piloté, nous dit-on, par un organisme privé se livrant à du contrôle de zone.

Un drone belge suivi par un Rafale s'écrase en France

L'Armée de l'air sera prévenue de cette arrivée une minute plus tard par la Haute autorité de défense, avant de faire décoller, sept minutes plus tard, un Rafale de la base aérienne de Saint-Dizier (Haute-Marne). Un avion donc chargé de suivre les déplacements de ce drone. Il lui faudra trente minutes pour que ce dernier entre dans son champ de vision.

L'engin considéré inoffensif

Après une analyse de l'engin, le Rafale confirme sa grande envergure mais ne le considère toutefois aucunement dangereux puisque ne transportant aucune charge. À ce moment-là, le grand drone vole à une vitesse de 140 km/h. Alors que le Rafale continue de le suivre, le drone voit son moteur cesser de fonctionner, le conduisant ainsi à une chute logique. Le crash a précisément eu lieu au sein de la commune de Dizy-le-Gros, située à une cinquantaine de kilomètres de Reims (Marne). Et bien que son contact avec le sol ne soit vraisemblablement pas apparu des plus doux, il n'a occasionné aucun dégât comme indiqué plus haut. On apprend pour finir que la gendarmerie s'est rendue sans tarder sur les lieux du crash avant de procéder à la sécurisation de la zone.

Crédits photos : Wikimedia CC

Partager cet article

Pour en savoir plus