Air Cocaïne : condamnation à 20 ans de prison confirmée pour Castany

Par , publié le
France
Alain Castany à l'audience le 5 juin 2015 au tribunal à Saint-Domingue

La cour d’appel de Saint-Domingue, en République Dominicaine a, hier, rejeté l’appel d’Alain Castany, l’un des quatre français accusés dans l’affaire surnommée « Air Cocaïne ».

Alain Castany, un français impliqué dans l’affaire de trafic de drogue surnommée par les médias « Air Cocaïne », a hier vu son appel rejeté par la cour d’appel de Saint Domingue. L’homme de 70 ans, qui avait été condamné en première instance par la justice dominicaine en août 2015 à une peine de 20 ans de prison, a donc vu sa condamnation confirmée par la justice.

L’appel d’Alain Castany rejeté par la justice dominicaine

Dans la nuit du 19 au 20 mars de l’année 2013, Alain Castany avait été interpellé, ainsi que trois autres français, sur le tarmac de l’aéroport de Punta Cana. La police avait découvert 680 kilos de cocaïne enfermés dans 26 valises à bord d’un avion Falcon 50. Accusé d’être un apporteur d’affaires, le français avait été condamné, en 2015, à une peine de prison de 20 ans. Nicolas Pisapia, le seul passager à bord de l’appareil avait lui aussi été condamné à une peine de 20 années d’incarcération.

Durant le procès en appel, Luz Diaz, l’avocate du français, avait fait valoir des témoignages contradictoires. Insuffisant pour la cour d’appel de Saint-Domingue qui a donc rejeté l’appel du français et confirmé sa condamnation. Après le refus du tribunal, l’avocate n’a pas souhaité commenter la décision immédiatement. Luz Diaz préférant s’entretenir préalablement avec Alain Castany qui est actuellement hospitalisé. Le français avait été percuté, il y a plusieurs mois, par une moto et souffre de graves blessures suite à cet accident.

Trafic de drogue de grosse ampleur et évasion rocambolesque

L’affaire « Air Cocaïne » avait fait les gros titres de par l’ampleur du trafic de drogue mais aussi pour l’évasion particulièrement invraisemblable de deux pilotes français. Pascal Fauret et Bruno Odos, deux français, qui devaient piloter le Falcon 50 chargé de drogue, avaient eux-aussi été arrêtés et condamnés à des peines de 20 ans de prison.

Mais fin 2015, les deux français avaient réussi une rocambolesque évasion, avec la complicité de Christophe Naudin, un expert en sécurité aérienne. Les deux pilotes ont réussi à rejoindre la France où ils sont placés sous contrôle judiciaire. Malgré un mandat d’arrêt international, la justice française se refuse à extrader ses ressortissants. Une enquête, côté français, est aussi en cours et serait sur le point de se conclure. Christophe Naudin, le complice de leur évasion est lui, toujours incarcéré en République Dominicaine après avoir été extradé d’Egypte.

Crédits photos : © AFP/Archives Erika Santelices

Partager cet article

Pour en savoir plus