Vosges : décès d'un homme après inhalation d'un gaz hilarant

Par , publié le | modifié le
Faits Divers Un véhicule de pompiers (photo d'illustration)
Un véhicule de pompiers (photo d'illustration)

Dans la nuit du 1er au 2 janvier dernier, le décès d'un homme de 26 ans serait "manifestement lié à la consommation de protoxyde d'azote". Autrement dit, de gaz hilarant.

Voici un faits divers qui n'a vraiment rien de drôle. Et pourtant, c'était l'un des buts de cette soirée entre amis qui s'est déroulée à Ventron (Vosges) au lendemain de la Saint-Sylvestre. La dizaine de copains, réunis au domicile de la grand-mère de l'un d'entre eux, avait décidé de faire tourner du protoxyde d'azote, plus connu sous le nom de gaz hilarant, au cours de la soirée festive.

Vosges : il décède après inhalation du gaz

Selon le procureur d'Epinal, Etienne Manteaux, ces "étudiants sans aucun souci" ont donc eu recours à une bonbonne de protoxyde d'azote, un phénomène qui connait une popularité croissante. Ses effets sont connus : la personne qui l'inhale commence à rire, et sa voix se trouve modifiée. Pendant la soirée, indique le procureur, "le gaz tourne, on l'utilise avec le ballon".

Seulement le gaz, qui est contenu sous sa forme originelle à -50°C à l'intérieur de la bonbonne, doit au préalable passer par une phase de réchauffage. "A 2H30 du matin (la victime) remet le ballon sur la bonbonne, le charge, et aussitôt chargé, inhale le produit", poursuit-il. "Aussitôt après l'inhalation, il commence à rire, puis est pris de convulsions immédiatement", indique encore M. Manteaux.

Un oedème pulmonaire fatal

Malgré une intervention rapide, les secours n'ont pu que constater le décès de l'étudiant, qui venait d'être reçu au concours d'infirmier. L'autopsie, pratiquée lundi, a livré la raison du décès, lié à "un oedème pulmonaire". Etienne Manteaux ajoute que s'ils sont souvent associés à des problèmes cardiaques, les oedèmes "peuvent être liés à l'irritation des voies aériennes suite à l'inhalation d'un gaz toxique. Or,très froid, le gaz hilarant peut être considéré comme toxique".

En outre, une analyse toxicologique est en cours, alcool et cannabis ayant aussi fait partie de la fête entre amis.

Crédits photos : jean schweitzer/Shutterstock

Partager cet article