Val-de-Marne : un lycéen de 17 ans dans le coma après un apparent lynchage

Par , publié le | modifié le
Faits Divers Fourgon de police
Fourgon de police

Lundi après-midi à la sortie d'un lycée du Val-de-Marne, un jeune homme de 17 ans a été sévèrement violenté par une bande d'individus, entre autres via des coups de pelle. Le lycéen a depuis été hospitalisé et placé en coma artificiel.

Il pourrait s'agit d'un règlement de comptes. Lundi après-midi, aux alentours de 13h00 à la sortie d'un lycée de Villeneuve-Saint-George (Val-de-Marne), un jeune homme âgé de 17 ans a été agressé par une bande d'individus dont le nombre serait compris entre trois et dix, d'après les témoins de la scène.

L'un d'entre eux affirme qu'"ils étaient plusieurs, [...] en train de lui écraser la tête". Christophe Ragondet, secrétaire régional du syndicat Alliance Police, a quant à lui indiqué à BFMTV en quoi les diverses violences assenées au lycéen ont été sévères : "Coups de poing, coups de pied, coups de cutter au visage, coups de pelle, coup de manche de pioche ou de bois divers".

Lycéen agressé à coups de cutter et de pelle dans le Val-de-Marne : la piste d'un règlement de comptes

Selon les premiers éléments récoltés par les enquêteurs, les agresseurs du lycéen auraient pu vouloir se venger de lui. Sur la victime ont ainsi été retrouvés une matraque télescopique de même d'une serpette. On nous précise au passage que le lycéen, en dernière année de CAP, était déjà connu des services de police.

Une victime dans le coma, des agresseurs extérieurs à la commune

Le jeune homme a été admis à l'hôpital dans un état très sérieux et placé dans un coma artificiel. Quant à ses agresseurs, le directeur général des services de la ville a signifié qu'il ne sont vraisemblablement pas de la commune : "On sait en tout cas qu'ils ne sont pas habitants de Villeneuve-Saint-Georges donc on n'est pas avec les problématiques du lycée ou du quartier." Les assaillants du lycéen viendraient en fait du département voisin de l'Essonne. L'enquête ayant été ouverte suite à ce drame a été confiée à la police judiciaire du Val-de-Marne.

Crédits photos : © AFP/Archives Joel Saget

Partager cet article