Twitter supprime le compte de son propre patron

Par , publié le
Web
Le retour aux commandes de Twitter du cofondateur Jack Dorsey, l'an dernier, n'a pas encore suffi à relancer pleinement la croissance. Il est photographié à Sun Valley (Idaho, Etats-Unis), le 6 juillet 2016

Le compte Twitter du co-fondateur de Twitter a été suspendu par erreur pendant quelques minutes. La théorie du piratage a été écartée.

C’est en quelque sorte l’histoire de l’arroseur arrosé 2.0 qui s’est jouée hier sur le réseau social Twitter. Pendant quelques minutes, le compte du cofondateur de la plateforme a été suspendu.

Le compte de Jack Dorsey supprimé quelques minutes

Le problème n’a duré qu’une quinzaine de minutes au total, mais comme Jack Dorsey rassemble près de 2,5 millions d’utilisateurs, il ne pouvait pas passer inaperçu ! Celles et ceux qui désiraient accéder au compte de celui qui a co-créé Twitter en 2006.

Quelques minutes plus tard, Jack Dorsey était de retour sur la plateforme avec un tweet clin d’œil plein d’humour “En train de créer mon compte twttr... à nouveau”. Une référence au tout premier tweet posté sur Twitter, message qu’il avait lui-même posté lors de l’ouverture de la plateforme il y a 10 ans.

Une erreur interne

Si la possibilité d’un piratage a été évoquée dans un premier temps (de nombreux comptes de célébrités ont été hackés ces dernières semaines, dont celui de Jack Dorsey), @Jack a indiqué qu’il s’agissait d’un simple bug ou d’une erreur interne.

Dans tous les cas, cette petite péripétie ne devrait pas servir à redorer le blason de Twitter dont le modèle économique n’est toujours viable. Le réseau social serait même à vendre, mais plusieurs acheteurs potentiels (Disney, Salesforce...) n’ont finalement pas donné suite.

Pour tenter de redresser la barre, Twitter a annoncé la suppression de près de 10 % de ses effectifs et vient également de fermer la plateforme de partage de vidéos Vine qu’il avait racheté en 2012 pour un montant resté secret.

Crédits photos : © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives Drew Angerer

Partager cet article

Pour en savoir plus