Toulouse : Une malade du cancer forcée à retirer son bonnet pour entrer aux Galeries Lafayette

Par , publié le
Faits Divers
Les Galeries Lafayette le 17 septembre 2015 à Paris

Une femme atteinte du cancer a été contrainte par un vigile à retirer le bonnet qu’elle portait pour masquer son cancer si elle voulait entrer dans les Galeries Lafayette de Toulouse.

C’est un cri d’indignation qu’a poussé cette jeune fille pour dénoncer l’humiliation que l’on a fait subir à sa mère. Le 6 février dernier, les équipes de sécurité des Galeries Lafayette de Toulouse ont empêché une cliente d’entrer, car elle portait un bonnet. Un couvre-chef qu’elle n’arbore pas forcément pour le plaisir, mais pour masquer la chute de ses cheveux à cause d’un cancer.

Devant le bad-buzz provoqué par cette affaire sur les réseaux sociaux, les équipes des Galeries n’ont pas eu d’autres choix que de présenter des excuses sur les réseaux sociaux.

Une mère « effondrée et humiliée »

C’est sur Facebook que la fille de cette cliente a poussé son coup de gueule. « Lundi 6 février, ils ont refusé de laisser entrer ma mère malade d’un cancer, car elle n’a plus de cheveux. Elle n’a pas voulu rester le crâne à blanc c’est ignoble » s’indigne la jeune femme.

Tout commence lorsque les deux femmes se présentent à l’entrée du magasin. Un agent de sécurité les stoppe et leur demande à la maman de retirer son bonnet. La fille raconte la scène « le petit chien de garde de la galerie Lafayette n’a pas souhaité que tu rentres, car tu avais un couvre-chef. Tu as montré ta bonne foi en le retirant. Il a bien vu que tu n’avais plus de cheveux. Tu l’as remis et là, tu n’as pas pu rentrer (...). Tu t’es effondrée. J’ai honte, honte pour eux ! »

Le magasin s’excuse

Le message poignant de cette fille cherchant simplement à défendre l’honneur de sa mère a été partagé près de 20 000 fois à l’heure où nous écrivons ces lignes.

Le service communication des Galeries Lafayette de Toulouse a tenu à revenir sur l’incident dans un message posté sur Facebook.

De plus, le directeur du magasin a présenté « ses excuses » et a « condamné des agissements choquants qui ne reflètent en rien les valeurs » de l’enseigne. Ce dernier a précisé que le vigile en question ne sera pas licencié et que l’essentiel est qu’une telle situation ne se reproduise pas. Sur Facebook, la fille a confirmé que la direction du magasin était venue à leur rencontre pour s’excuser personnellement.

Crédits photos : © AFP/Archives STEPHANE DE SAKUTIN

Partager cet article