S'ils veulent louer les utilisateurs d'Airbnb vont devoir signer une charte contre le racisme

Par , publié le
Société
Airbnb

Le site de location d'appartement Airbnb vient de demander à ses utilisateurs le 1er novembre dernier de signer une charte contre le racisme.

Alors que ce soir les Députés doivent valider si les particuliers louant ou vendant des biens sur les plates-formes collaboratives devront payer des cotisations sociales (Ouicar, Airbnb, Drivy Etc.). En attendant, les utilisateurs de la plate-forme Airbnb vont devoir signer une charte contre le racisme, s'ils refusent, l'accès aux locations leur sera interdit.

En en cas de refus, le loueur ne pourra ni réserver un logement, ni héberger des touristes sur le site

L'objectif d'Airbnb est de lutter contre la discrimination suite à des refus de louer à des personnes pour des raisons racistes. Afin de contrer ces cas, les loueurs doivent s’engager à signer un texte où il est écrit que "Chacun avec respect, sans jugement ou préjugé, et sans distinction de race, religion, origine nationale, ethnicité, handicap, sexe, identité de genre, orientation sexuelle, ou âge".

En mai dernier, Brian Chesky le cofondateur d'Airbnb avait réagi au cas d'une étudiante nigériane "rejetée" après une demande de location pour sa couleur de peau :
"C'est inquiétant et inacceptable. Le racisme et la discrimination n'ont pas leur place sur AirBnb. Cet utilisateur a été définitivement exclu de notre site", avait précisé le patron sur son compte Twitter.

Une étude de 2015 de l'université d'Harvard faisait ressortir que "les personnes dont le nom avait une 'consonance afro-américaine' avaient 16% de chances en moins de voir leur demande de location validée".

Notez que les photos des comptes Airbnb seront dorénavant beaucoup plus discrètes, ainsi, la plate-forme souhaite laisser le racisme sur le pas de la porte…

Crédits photos : capture Tweet de @airbnb_fr le 22/4/16

Partager cet article

Pour en savoir plus