Sida : Le "patient zéro" n'a jamais existé

Par , publié le
Santé
Photo d'illustration. Des cellules du Sida.

Selon une étude publiée dans la revue Nature, Gaëtan Dugas, surnommé le « patient zéro » et l’une des personnes les plus méprisées de l’histoire, n’est en rien responsable de la propagation du virus du Sida aux États-Unis.

Gaëtan Dugas. Ce nom ne vous dit peut-être rien et pourtant, il a longtemps été lourd de sens. Ce steward québécois a été « suspecté » d’avoir été le premier patient atteint du virus du Sida et donc, l’homme à l’origine de la propagation de l’épidémie.

Mais une étude publiée dans la revue Nature et menée conjointement de l’Université de l’Arizona et les chercheurs de l’université de Cambridge est venue casser ce mythe.

Le virus présent bien avant la date supposée

Bien entendu, en étant présenté comme le « patient zéro » à l’origine de l’épidémie du Sida aux États-Unis, Gaëtan Dugas est vite devenu un personnage très méprisé, à tort. Selon l’étude, ce dernier, décédé en 1984, n’est absolument pas ce « patient zéro » désigné comme le coupable idéal à l’époque, notamment à cause de son homosexualité.

Pour arriver à une telle conclusion, les scientifiques ont recoupé plusieurs données mises à leur disposition, et notamment des échantillons sanguins de huit victimes du VIH entre 1978 et 1979. Ils ont alors pu reconstituer le génome du virus pour remarquer que ce dernier été présent dans les Caraïbes en 1967 avant d’arriver pour la première fois à New York en 1970, soit bien avant la date supposée de la contamination par le « patient zéro » en 1981. C’est à partir de là que le virus a commencé à se propager aux États-Unis.

La réhabilitation de Gaëtan Dugas

« Le soi-disant patient zéro, Gaëtan Dugas, est aujourd’hui l’une des personnes les plus méprisées de l’histoire. L’un de ces individus qui ont volontairement tout fait pour propager des maladies en série. Nous avons bien démontré qu’il n’était pas coupable de cette épidémie qui a bouleversé les États-Unis au cours des années 1980 » a précisé Richard McKay le responsable de l’étude.

32 ans après sa mort, le nom de Gaëtan Dugas est donc quelque peu réhabilité, lui qui avait déjà grandement aidé les scientifiques dans la recherche sur le Sida au début des années 1980.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus