Scandale de la FIFA : Sepp Blatter se désigne tel un "combattant"

Par , publié le
Foot
Sepp Blatter au siège de la Fifa le 15 mai 2015 à Zurich

Récemment suspendu de son poste de président démissionnaire de la FIFA pour une durée de 90 jours, Sepp Blatter est apparu relativement serein lors d'un entretien accordé à un hebdomadaire suisse.

La commission d'éthique de la FIFA a récemment suspendu Sepp Blatter de son poste de président démissionnaire pour une durée de 90 jours, une sanction semblable ayant d'ailleurs été également prononcée à l'encontre du patron de l'UEFA Michel Platini.

Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire suisse Schweizer am Sonntag et paraissant en ce dimanche, Sepp Blatter l'assure : il va bien en dépit des difficultés actuellement rencontrées. En ajoutant qu'"on peut [le] détruire, mais [qu']on ne peut pas détruire l’œuvre de [sa] vie". À 79 ans, le président contesté de la FIFA entend d'ailleurs continuer à mener bataille pour faire entendre sa vérité, en se désignant ainsi tel "un combattant".

Sepp Blatter et la FIFA : "On peut me détruire, mais on ne peut pas détruire l'œuvre de ma vie"

Soulignons que la commission d'éthique de la FIFA lui a aussi défendu de s'exprimer sur la fédération ainsi que sur l'affaire dans laquelle il est mis en cause. Il a toutefois indiqué à la presse avoir quitté son siège samedi, un jour après interjeté appel de sa suspension auprès de la chambre de recours de la FIFA. Sepp Blatter a de même requis une seconde audition par la commission d'éthique, et si son appel se voyait finalement rejeté, il lui resterait la possibilité de saisir le Tribunal arbitral du sport (TAS) à Lausanne.

Une démission immédiate demandée par des sponsors historiques

Rappelons qu'un peu plus tôt dans le mois, les sponsors historiques de la FIFA que sont Coca-Cola, Mc Donald's, Visa et Budweiser ont appelé à la démission immédiate de Sepp Blatter. Ce à quoi ce dernier a répondu, via son avocat M. Cullen, qu'il n'a pas l'intention de démissionner dans l'immédiat, estimant ainsi "que quitter son poste maintenant ne serait pas dans le meilleur intérêt de la FIFA ni ne servirait le processus de réforme".

Crédits photos : © AFP/Archives FABRICE COFFRINI

Partager cet article

Pour en savoir plus