Pyrénées-Orientales : il meurt noyé en tentant de retrouver son fils

Par , publié le
Faits Divers
Un véhicule de pompiers (photo d'illustration)

Jeudi, un homme qui était parti secourir ses enfants partis se baigner est mort noyé. Quelques heures plus tard, son fils de douze ans a lui aussi succombé à ses blessures.

C'est un double drame qui est survenu dans la journée de jeudi à Canet-en-Roussillon (Pyrénées-Orientales). Un homme d'une quarantaine d'années a ainsi trouvé la mort en tentant de secourir son fils de 12 ans, qui perdra lui aussi la vie quelques heures plus tard.

Le quadragénaire, domicilié à Rivesalt comme le rapporte Infos H24, était parti secourir ses enfants pris dans les vagues. C'est à 16h30 qu'un lourd dispositif, notamment militaire, a été mis en place afin de sauver les baigneurs localisés sur un coin de plage, dans les environs de la capitainerie du port.

Un père meurt noyé quelques heures avant son fils

La gendarmerie a informé qu'un baigneur, le père de famille, a pu être extirpé de l'eau en arrêt cardio-respiratoire. Un hélicoptère du Samu 66 a été envoyé sur place et un médecin a tenté de ranimer le quadragénaire. Des efforts qui se seront avérés vains avec le décès confirmé de l'homme à 17h00.

Les recherches se poursuivaient pour tenter de retrouver son fils d'une dizaine d'années qui aurait été emporté par une lame. Des investigations menées sous l'eau par des plongeurs de la brigade aquatique des sapeurs-pompiers du Sdis 66, et également dans les airs par le survol de la zone via l’hélicoptère de la Sécurité civile, le Dragon 66.

La baignade avait possiblement été interdite

C'est peu après 18h00 que l'enfant a finalement été repêché à son tour, lui aussi en arrêt cardio-respiratoire. S'il aura été réanimé et héliporté vers l’hôpital de Perpignan, les pompiers présageaient du pire quant à l'évolution de son état. Hospitalisé dans le coma, le garçon se sera finalement éteint aux alentours de 22h30.

Il apparaîtrait que jeudi matin, le drapeau hissé était de couleur orange, et que peu de temps avant les faits, il avait rougi, traduisant ainsi l'interdiction de se livrer à toute baignade.

Crédits photos : jean schweitzer/Shutterstock

Partager cet article

Pour en savoir plus