Un psychologue condamné à un an de prison ferme pour pédophilie

Par , publié le
France Photo d'illustration
Photo d'illustration

Un psychologue a été condamné à un an de prison en décembre dernier. Il aurait pratiqué des attouchements sexuels sur mineurs

Les faits remontent à 2011 à Thonon en Haute-Savoie. Un psychologue à l’époque âgé de 26 ans avait été accusé d’attouchements sexuels sur mineur. Une première plainte avait été déposée par les parents d’une jeune victime, suivie par cinq autres plaintes. "Vous lui pratiquiez des massages sur le sexe (...) Il décrit une scène où vous lui avez embrassé le sexe dans le cadre du jeu du docteur" explique le président du tribunal de Thonon.

Lors de son procès qui s’est tenu en décembre, le psychologue a été condamné à un an de prison ferme, assortie d’une interdiction définitive d’exercer professionnellement ou bénévolement des activités avec des mineurs.

Plus de 2250 photos pédopornographiques

Entre 2008 et 2011, huit victimes avaient été identifiées. Lors de la perquisition du cabinet du psychologue, les enquêteurs avaient saisi des notes explicites, avec des passages comme « nu sur mes genoux, érection apparente, jouissance ». Au domicile du psychologue, les enquêteurs tombent sur plus de 2250 photos pédopornographiques sur son ordinateur professionnel.

Pour sa défense, il avait alors indiqué contenir toutes ces photos pour "s’imprégner des fantasmes d’un de ses patients" pour mieux le soigner. "Je sais ce que j’ai fait et ce que je n’ai pas fait" s’était-il défendu, clamant son innocence.

Le procureur avait requis 4 ans de prison

Lors de l’audience le mois dernier, le procureur avait requis quatre ans de prison, dont trois avec sursis à l’encontre du prévenu. Ce dernier, par ailleurs père de famille, écopera finalement que d’un an de prison. Egalement recruté par le diocèse d’Annecy comme psychologue scolaire, son contrat avait été rompu à la suite de sa mise en examen. Il est également  désormais inscrit au fichier judiciaire automatisé des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes (FIJAISV).

Partager cet article