Prêtres pédophiles : l’Église a "failli" pour un cardinal australien

Par , publié le | modifié le
Société Un prêtre (photo d'illustration)
Un prêtre (photo d'illustration)

Le cardinal et ancien archevêque australien George Pell a reconnu lundi que l’Église avait à ses yeux "failli" dans sa gestion des prêtres pédophiles.

Dans les années 70, l'église australienne aurait été confrontée à des faits de pédophilie. Une commission d'enquête s'attache aujourd'hui à faire un peu plus de lumière sur un possible scandale de prêtres pédophiles en Australie et comment les autorités religieuses nationales ont traité la question. À ce titre, le cardinal et ancien archevêque de Melbourne et de Sydney George Pell était entendu lundi.

L'homme aujourd'hui âgé de 74 ans et responsable de l'Économie du Vatican s'est exprimé dans un hôtel de Rome par le biais d'une visioconférence. Une requête qui lui avait été accordée en raison de difficultés cardiaques. Nos confrères du Parisien précisent que le cardinal Pell a passé son enfance dans la ville de Ballarat (État de Victoria), soit le lieu où des prêtres auraient abusé de leur position il y a de cela plusieurs dizaines d'années.

Un cardinal interrogé sur les prêtres pédophilies ne veut pas "défendre l'indéfendable"

Après s'être engagé sur la Bible à ne laisser que la vérité sortir de sa bouche, l'ancien archevêque a tenu ces propos : "Permettez-moi de vous dire, en préambule, que je ne suis pas ici pour défendre l'indéfendable". Et d'ajouter : "L’Église a fait des erreurs énormes et tente de les réparer. Dans beaucoup d'endroits, et notamment en Australie, l’Église a failli, a abandonné les gens."

"Des échecs individuels plutôt que structurels"

Le cardinal déplore le trop grand nombre d'enfants dont le témoignage a été négligé dans ce genre d'affaires : "Je n'ai pas les statistiques, mais ils sont trop nombreux à avoir été ignorés, parfois dans des circonstances absolument scandaleuses. Des accusations très, très, très plausibles faites par des personnes responsables n'ont pas été suffisamment écoutées." Et alors que la commission d'enquête lui rappelait qu'avaient précédemment été mises en évidence de mauvaises décisions de la part de la hiérarchie ecclésiastique, George Pell a préféré attribuer ces responsabilités à des personnes plutôt qu'à des institutions : "Je crois que les fautes commises ont très largement été des fautes individuelles, des échecs individuels plutôt que structurels". Le cardinal n'a cessé de nier avoir eu connaissance de faits de pédophilie à Callarat, ainsi que ceux qui auront valu au prêtre Gerald Ridsdale d'être condamné à huit ans de prison en avril 2014.

Crédits photos : Gregory Dean/shutterstock

Partager cet article

Pour en savoir plus