Le président turc se moque des sanctions russes et souffle sur les braises

Par , publié le
International Recep Ergodan, le président turc
Recep Ergodan, le président turc

Recep Tayyip Erdogan, le président turc, a récemment raillé les sanctions russes en réaction au bombardier abattu par son armée, modifié la donne sur les accords commerciaux et une nouvelle fois continué de provoquer la Russie.

Se croyant sans doute invulnérable du fait de ses alliances avec L'OTAN, il semblerait que Recep Erdogan ait décidé de jouer un jeu dangereux avec la Russie. Loin de jouer l'apaisement, la Turquie continue de provoquer ouvertement Vladimir Poutine.

Le président turc se moque des sanctions russes

Après que l'armée turc ait, dans des conditions assez suspectes, abattu un avion militaire russe au niveau de la frontière entre la Syrie et la Turquie, la Russie a imposé des sanctions commerciales à Ankara. Celles-ci portent sur des secteurs tels que le textile, les produits agricoles, le tourisme et les travaux publics.

Loin de jouer l'apaisement demandé par la communauté internationale, le président turc s'est moqué ouvertement des sanctions en déclarant : "vous voyez maintenant qu'ils (en parlant des russes) n'achètent plus de textiles turcs. La Turquie n'est pas un pays qui va s'effondrer avec vos (...) importations d'un million de dollars".

Recep Erdogan attise encore plus les braises

Non content de railler les sanctions russes, le président turc a décidé hier de réduire ses importations de gaz et de pétrole russe en signant des accords avec le Quatar. La Russie fournissait jusqu'à présent 55% des besoins en gaz turc et 30% de ses besoins en pétrole.

Les russes accusent par ailleurs la Turquie de participer très activement au trafic de pétrole volé par l'Etat Islamique. Ils menacent, tout comme l'Iran, de publier les preuves de l'implication turque dans ce trafic mais aussi de la famille directe du président. Bien qu'un grand nombre d'experts estiment fort probable l'implication de la Turquie dans le blanchiment du pétrole volé par l'Etat Islamique, Recep Erdogan a balayé ces accusations d'un revers de main, accusant à son tour la Russie de vol. Une situation qui devient de plus en plus tendue et le président turc semble peu disposé à jouer l'apaisement.

Partager cet article

Pour en savoir plus