Brigitte Bardot : elle part en guerre contre l’Australie pour sauver des chats

Par , publié le | modifié le
International
(image d'illustration)

L'Australie s'apprête à tuer plus de 2 millions de chats afin de protéger des espèces menacées. Une décision qui a reçu de nombreuses critiques, dont celles de Brigitte Bardot.

Brigitte Bardot est en colère. La célèbre protectrice des animaux veut lutter contre le décès programme de près de 2 millions de chats en Australie. Le pays souhaiterait « sacrifier » ces chats afin de sauvegarder la vie de 124 espèces menacées en Australie. Pour le gouvernement australien, le choix était assez délicat. C’était soit opter pour les félins, soit les autres animaux. Des animaux comme des mammifères, des oiseaux rares ou des grenouilles, voués à mourir à cause des attaques répétées des chats.

Par le biais de son association, Brigitte Bardot s’est indignée de cette décision. Une indignation qui a d’ailleurs trouvé écho chez de nombreux australiens. Dans une lettre ouverte à Brigitte Bardot, Gregory Andrews, commissaire aux espèces menacées de l’Australie a tenu à s’expliquer : «Chère Madame Bardot, vous voulez protéger les chats et c’est très bien. Nous, nous voulons protéger la bettongie à queue touffue, l'opossum à queue en anneaux des côtes ouest, et aussi le numbat».

20 millions de chats sauvages errent en Australie

Avec près de 20 millions de chats errants, l’Australie se voit confrontée à un problème de taille. Et pour cause, les chats sauvages auraient, depuis leur arrivée en Australie au 19eme siècle, contribué activement à l'extinction d'au moins 27 espèces. "Aujourd'hui, les chats sauvages mettent en danger 124 espèces menacées australiennes, ce qui représente plus d'un tiers de nos mammifères, reptiles, oiseaux et grenouilles".

Pour mener à bien son opération, le gouvernement australien mettra en place un programme destiné à localiser les chats, puis les abattre. Une application sur smartphones est même développée pour aider les chasseurs.

Les propriétaires de chats fulminent

Les australiens à l’instar de Brigitte Bardot, ont vivement critiqué cette action. Les propriétaires de chats seront d’ailleurs tenus d’enfermer les chats dans leur maison. Pour ce programme, le gouvernement australien devrait débourser 140 000 dollars australiens.

Partager cet article