La Poste épinglée par la Cour des comptes

Par , publié le | modifié le
Économie Photo d'illustration. La Poste
Photo d'illustration. La Poste

Pour les Sages de la Cour des comptes, La Poste ne s'est pas assez adaptée à la baisse du courrier traditionnel; ils dénoncent dans le même temps un manque de productivité.

Pas assez productive, la Poste ? C'est ce que suggère entre autres la Cour des comptes qui lui demande de s'adapter au changement des besoins de ses clients. La baisse du trafic du courrier est en baisse, tout comme le temps d'activité aux guichets.

Le réseau actuel de La Poste est inadapté

Les Sages pointent une contradiction : d'un côté, ils constatent entre 2009 et 2014, "une baisse globale de 25 % du temps d'activité des guichets". Mais de l'autre côté, ils pointent que "la Poste n'a réduit les charges de son réseau que de 8,9%".

De fait, peut-on lire dans le rapport, "En 2014, on dénombrait dans les zones urbaines 965 bureaux de poste ayant une activité inférieure à trois heures quotidiennes. 173 n'avaient une activité que pendant moins d'une heure". C'est donc une adaptation plus rapide aux nouveaux besoins des clients qui est demandée. Cette nouvelle structuration du réseau doit notamment passer par la multiplication de "points partenaires", mais aussi par de nouveaux horaires d'activité liés à ces changements de besoins.

Le surcoût lié à un réseau trop dense

La cause de la chute de productivité serait à chercher du côté d'un réseau qui compte plus de points de contacts qu'imposés par la Communauté européenne ou même la seule France. Mais La Poste voit ses 17.000 points comme une contribution à l'aménagement de territoire. Si à ce titre, le groupe est en retour bénéficiaire de 170 millions d'euros d'abattement fiscal, la Cour indique qu'il est bien inférieur aux 250 millions d'euros engendrés par le maintien de cette densité.

Que recommandent les Sages ? "Il est impératif d’accélérer le processus d’externalisation des bureaux de poste pour les transformer en points de contact en partenariat, afin d’éviter (...) des coûts opérationnels devenus inutiles". Les Echos a contacté La Poste, qui affirme être "engagée depuis plusieurs années dans un programme d’adaptation de son réseau de proximité, tant en zone rurale qu’en zone urbaine". Le site du quotidien économique va d'ailleurs dans son sens, relevant plusieurs initiatives prouvant le bonne volonté de la Poste.

Crédits photos : ricochet64 / Shutterstock.com

Partager cet article