Portiques dans les lycées : Wauquiez contraint à abandonner le projet

Par , publié le
Société Laurent Wauquiez sur le plateau du Supplément de Canal+
Laurent Wauquiez sur le plateau du Supplément de Canal+

Pourtant annoncé par le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez, le projet d'installer des portiques de sécurité dans les lycées ne sera finalement pas mis en place.

Fin janvier, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez avait annoncé qu'un projet de portiques dans les lycées était dans les cartons. Et en début de mois, on apprenait que quinze établissements de sa région allaient faire l'objet d'une expérimentation de ce type à la rentrée prochaine.

Cette intention ne se matérialisera toutefois pas, comme l'a ainsi communiqué la vice-présidente en charge des lycées Béatrice Berthoux à nos confrères de Libération. Il ne sera par conséquent pas question de mettre en place des portiques aux abords des lycées, de même que des dispositifs de détection de métaux et des tourniquets. Ces derniers avaient par ailleurs été désapprouvés par les parents d’élèves et les enseignants, et le conseil d’administration de l’établissement de s'être prononcés en leur défaveur.

Wauquiez : pas de portiques dans les lycées à la rentrée

Pour Jean-Marie Lasserre, secrétaire académique du Syndicat national des personnels de direction de l’Éducation nationale (SNPDEN), les solutions se cherchent au cas par cas : "Nous ne sommes pas contre la sécurisation, bien au contraire. Mais il n’existe pas de solution générale, chaque établissement se regarde individuellement."

M. Lasserre, qui se trouve également être proviseur d’un lycée de Tournon (Ardèche), explique qu'à ses yeux, certains risques sécuritaires peuvent se révéler plus forts qu'une menace terroriste : "Chez moi, le risque représenté par la route à forte circulation située juste à côté est plus important qu’un risque d’attentat."

"Le problème, ce n'est pas quand les élèves rentrent"

Dominique Dichard, secrétaire académique adjointe du SNPDEN, évoque quant à elle un risque présent mais un dispositif inadapté : "Le problème, ce n’est pas quand les élèves rentrent, c’est le reste de la journée. Et avant de mettre des caméras, il faudrait déjà qu’on ait des loges en prise directe avec l’entrée du bâtiment, ce qui n’est pas toujours le cas, et des gens à temps plein pour accueillir les visiteurs."

Le projet de Laurent Wauquiez prévoyait, à terme, d'équiper 322 lycées de portiques de sécurité, et ce dans le but affirmé de "lutter contre le terrorisme, l’intrusion d’armes à feu et le trafic de drogue".

Crédits photos : Xavier Lahache/Canal+/Phototélé

Partager cet article

Pour en savoir plus