Plan très haut débit : l'Agence du Numérique est lancée

Par , publié le
Tech AXELLE LEMAIRE - ENREGISTREMENT DE L'EMISSION 'BIBLIOTHEQUE MEDICIS' DIFFUSEE SUR PUBLIC SENAT
AXELLE LEMAIRE - ENREGISTREMENT DE L'EMISSION 'BIBLIOTHEQUE MEDICIS' DIFFUSEE SUR PUBLIC SENAT

"French Tech", "Très haut débit", autant de missions dont la toute nouvelle Agence du Numérique a désormais la charge. Créée en juin 2015, elle n'a été officiellement lancée qu'hier.

C'est mardi soir qu'a été officiellement lancé l'Agence du Numérique, un an après sa création. Axelle Lemaire, secrétaire d'Etat chargée du numérique, était à cette occasion accompagné de son directeur Antoine Darodes.

Son objectif ? Regrouper en une seule administration les missions de l'Etat dans l'accompagnement de la transition numérique, au travers de la mission French Tech, du Plan très haut débit et du programme Société numérique.

Axelle Lemaire : "une agence qui va faire différemment"

En préambule, la secrétaire d'Etat a déclaré avec humour : "Ce n'est pas très sexy d'inaugurer une nouvelle agence administrative". Mais elle a aussitôt promis que la nouvelle entité allait "faire différemment", avec ces maîtres-mots pour qualifier son action : "c'est l'agilité, c'est la souplesse, c'est la définition des solutions par les outils et par la data, au service des usagers. Et ces usagers ne sont pas des clients, ils sont des concitoyens, ils sont des administrés".

Les missions de l'Agence du Numérique

Concrètement, quel est son rayon d'action ? Voici ses missions :

  • French Tech : vous l'aurez compris, il s'agit là de venir soutenir les start-ups françaises, tout en leur donnant une visibilité à l'extérieur de nos frontières,
  • plan Très haut débit : ici, l'objectif est couvrir intégralement notre pays en internet très haut débit à l'horizon 2022 (la couverture des "zones blanches", en attendant, y est rattachée),
  • Société numérique : ce programme a pour vocation d'"accélérer l'appropriation du numérique par l'ensemble de la population".

Interrogé par nos confrères de Rue89, le directeur Antoine Darodes martèle que le numérique "ne doit pas être réservé aux happy few (...) elle doit apporter son soutien à tous les acteurs, privés et publics, les entreprises, les territoires".

Crédits photos : Lionel Guericolas (Visual Press Agency) pour Public Sénat / Phototélé.com

Partager cet article