Perpignan : à 20 ans, enceinte de 8 mois et torturée, elle perd son bébé

Par , publié le
Faits Divers Photo d'illustration. Un couloir d'hôpital.
Photo d'illustration. Un couloir d'hôpital.

Il y a quelques jours, une jeune perpignanaise a dû accoucher à l'hôpital de son bébé mort après avoir subi des actes de torture. Son compagnon sera jugé en novembre.

Mercredi, une jeune femme de 20 ans s'est présentée à la clinique Saint-Pierre de Perpignan (Pyrénées-Orientales) en évoquant de fortes contractions. Elle a dû accoucher d'urgence, en donnant naissance à un enfant mort.

Perpignan : le compagnon interpellé

Hématomes, plaies et blessures pouvant correspondre à des coups par instrument contondant... l'état du corps de la jeune perpignanaise a forcément alerté le personnel soignant, auquel elle a d'abord indiqué qu'il était consécutif à une agression qui aurait eu lieu quelques jours auparavant.

Mais, indique France 3 Languedoc-Roussillon, "l'enquête de la police et une intervention précédente, le 25 août dernier, au domicile du couple, a permis d'interpeller le conjoint de la victime, âgé de 19 ans".

La jeune femme admet des actes de torture

Si le compagnon a dans un premier temps nié les faits, une enquête menée parmi les proches du couple a révélé que les violences duraient depuis de nombreux mois. A l'occasion de l'examen médical, les médecins ont relevé "des traces de coups d'origines diverses, de lacération faite à l'aide d'un objet tranchant au niveau de la cuisse et de brûlures faites avec une cigarette".

Si la jeune femme a confessé avoir été victimes de mauvais traitements, son compagnon a de son côté depuis avoué en être l'auteur. Ce dernier, vendredi, a été déféré au parquet pour comparution immédiate devant le tribunal correctionnel. Il a été écroué avant son procès prévu à la mi-novembre.

Parallèlement, une autre enquête a été ouverte en vue de déterminer les causes de la mort du foetus, qui a été autopsié.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article