Paris se dote d'un observatoire des ondes électromagnétiques

Par , publié le
Mobile Antenne relais pour téléphone portable.
Antenne relais pour téléphone portable.

"OndesParis" n'est plus un projet, sa création a été votée par le Conseil de Paris mercredi. Il devra surveiller et informer sur les ondes électromagnétiques qui concernent notamment la téléphonie mobile.

La Ville de Paris aura bien son observatoire des ondes électromagnétiques, sa création ayant été votée à l'unanimité au Conseil sur proposition du groupe écologiste. Son but ? "Viser à l'équilibre entre les préoccupations de santé publique et le développement des technologies dans une capitale moderne".

OndesParis : un observatoire né de l'"inquiétude des citoyens"

Pascal Julien, pour le groupe écologiste du Conseil, précise que les citoyens "sont de plus en plus inquiets des conséquences sanitaires" des ondes, indiquant en outre que l'OMS les a jugées comme "potentiellement cancérigènes".

C'est ainsi un véritable "cadastre hertzien" qui devra être établi, une carte recensant avec précision les degrés d'exposition des habitants aux ondes. Mais aussi, les points dits "atypiques", c'est-à-dire présentant un taux d'exposition trop élevé.

Une association de type AirParif et BruitParif

Au niveau juridique, OndesParis pourrait se présenter sous la forme d'une association dont les contours seraient calqués sur ceux d'AirParif et BruitParif, dont nous ne vous ferons pas l'offense de rappeler leur rôle d'observation. Quant au groupe de travail, il se verra présidé par Julien Bargeton, qui est adjoint PS chargé des finances à la maire de Paris.

A ce jour, la capitale utilise une charte de téléphonie mobile qu'elle a signé avec les différents opérateurs français. Mais les niveaux d'exposition qu'il vise sont estimés trop contraignants. Charge au futur groupe de travail de se pencher sur l'efficacité des dispositifs actuels de contrôle. Ce travail est actuellement dévolu à l'Agence nationale des fréquences radio.

Crédits photos : Flegere/Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus