Paris : le "pousseur du métro" récidive, le drame évité de peu

Par , publié le
Faits Divers Une rame de métro à Paris.
Une rame de métro à Paris.

Vendredi, un individu de 54 ans déjà arrêté pour des faits semblables en 1998 a été interpellé après avoir tenté de pousser une femme dans le métro à l'arrivée d'une rame.

L'incident, qui aurait pu prendre une tournure plus dramatique, s'est produit vendredi midi à Paris, et plus précisément au niveau de la ligne 4 du métro à la station Gare du Nord. Un homme y aurait délibérément bousculé une touriste roumaine alors qu'une rame s'apprêtait à entrer sur la voie.

La femme ne doit visiblement son salut qu'à un sens aiguisé de l'équilibre lui ayant ainsi permis de se rétablir à temps et d'éviter le choc avec la rame. Les sources de nos confrères d'Europe1 semblent attester que l'individu ayant poussé la touriste a ensuite essayé de s'enfuir, avant d'être rattrapé dans le XVIIIe arrondissement de la capitale par un policier hors service en VTT.

Métro de Paris : le pousseur souffrirait de schizophrénie

Le suspect a d'abord été placé en garde à vue à la Brigade des réseaux ferrés (BRF) de la police parisienne, avant d'être emmené au sein de l'infirmerie psychiatrique de la préfecture de police (IPPP). C'est là qu'il a déclaré qu'une voix dans sa tête lui aurait dicté de pousser la femme. Souffrant visiblement de schizophrénie, cet homme âgé de 54 ans va faire l'objet de soins mais devrait échapper à des poursuites judiciaires.

Un récidiviste déjà arrêté en 1998

Le quinquagénaire n'en était apparemment pas à son premier coup. En 1998, il avait en effet été arrêté pour des faits semblables mais à l'issue tragique. Le drame avait eu lieu sur la même ligne de métro à la station Saint-Michel. C'est une femme de 28 ans qui avait péri suite au geste de l'homme, alors en état de dépression nerveuse.

Après avoir été maîtrisé par des témoins, l'individu âgé à l'époque de 35 ans avait été interné. Il n'aura cependant pas été condamné après avoir été pénalement jugé irresponsable des faits en raison de son état mental. Un verdict appelé donc à se répéter.

Crédits photos : Viacheslav Lopatin / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus