Paris : évacuation de la gare de Lyon après une fausse alerte à la bombe

Par , publié le
Faits Divers
photo d'illustration. Un policier municipal.

Vendredi après-midi à Paris, la gare de Lyon a été évacuée suite à ce qui s'avèrera une fausse alerte à la bombe.

Vendredi après-midi, la gare de Lyon, située dans le XIIe arrondissement de Paris, a dû être évacuée suite à une alerte à la bombe. La SNCF informait alors : "Il y a une alerte au colis suspect sur le parvis de la gare. Les services de déminage sont en place. Tout serait parti d’une alerte sur Facebook. Nous avons évacué une partie de la gare par mesure de sécurité."

La police avait mis en place un large périmètre de sécurité autour du bâtiment et une partie de la gare avait été partiellement bouclée par les forces de l'ordre, comme le rapportent nos confrères du Parisien. On nous précise qu'il avait été signifié aux lignes 1 et 14 du métro ainsi qu'au RER D de ne pas s'arrêter à la station gare de Lyon.

Fausse alerte à la bombe gare de Lyon : "tout serait parti d'une alerte sur Facebook"

"À la demande de la police", les voyageurs étaient sortis de la gare aux alentours de 14h00. Environ quarante-cinq minutes plus tard et vraisemblablement suite à une nouvelle consigne, les métros concernés et le RER D s'arrêtaient de nouveau gare de Lyon. L'alerte sera quant à elle levée peu après 15h00.

Deuxième évacuation à Paris en 24 heures

Il s'agit là de la deuxième évacuation opérée à Paris dans cette journée de vendredi suite à une alerte à la bombe. En fin de matinée, l'hôtel Molitor avait ainsi dû être vidé de ses occupants pour ce motif, contraignant ainsi entre autres la sélection allemande de football à être relogée dans un autre établissement en attendant son choc dans la soirée contre la France. En milieu de journée, une équipe du laboratoire central de la préfecture de police demeurait sur les lieux et "procédait à la vérification de toutes les chambres" de l'hôtel Molitor. La Mannschaft aura quant à elle rassuré sur Twitter en y ayant indiqué que "tout le monde [allait] bien".

Partager cet article

Pour en savoir plus