Pakistan : une star de la TV et de la mode étranglée par son frère

Par , publié le | modifié le
International Qandeel Baloch
Qandeel Baloch

Qandeel Baloch, star de la télévision et des podiums au Pakistan, a été mortellement étranglée par son frère qui estimait apparemment qu'elle portait le déshonneur sur sa famille.

Si les apparentes motivations du meurtrier présumé peuvent apparaître disproportionnées en regard de l'acte commis, il ne s'agit pas d'un fait isolé au Pakistan, où le drame s'est produit. Samedi à l'aube, Qandeel Baloch, star de la télévision et de la mode, a été mortellement étranglée par son frère.

Ce dernier considérait que sa sœur portait le déshonneur sur sa famille. Celle qui s'appelait Fouzia Azeem pour l'état civil était entre autres connue pour se dévoiler sur les réseaux sociaux avec un maquillage, des décolletés et des poses pouvant laisser penser à une attitude parfois (souvent ?) plus que sexy, pour ne pas dire provocante.

Qandeel Baloch tuée par son frère "pour l'honneur"

Il y a dix jours, la jeune femme de 26 ans apparaissait dans le clip du chanteur pakistanais Aryan Khan intitulé Ban. Bien plus désapprouvée que félicitée sur YouTube par les internautes, la vidéo montrait Qandeel Baloch dans des tenues et attitudes flirtant avec l'érotisme.

On peut d'ailleurs se demander si ce n'est pas ce clip vidéo qui aura irrité le frère du mannequin jusqu'à l'inviter à commettre son méfait. La veille de sa disparition, Qandeel Baloch avait publié le message suivant : "Peu importe combien de fois on me rejettera à terre, je suis une combattante et je me relèverai. Je veux être une inspiration pour ces femmes qui sont dominées et maltraitées par la société."

Crimes d'honneur au Pakistan : une protestation à Karachi

Nos confrères de RFI rapportent que la jeune femme avait Kim Kardashian et Lady Gaga comme modèles, et qu'elle n'hésitait apparemment pas à interpeller politiques comme religieux par un mode d'expression encore jamais vu dans son pays.

Son meurtre a donné lieu à de nombreuses réactions, l'un d'entre elles ayant été ce mouvement de protestation féminin observé dans la ville de Karachi en hommage à Qandeel Bloch, avec pour cible d'attaque les crimes d'honneur toujours pas punis par la loi pakistanaise, et ce en dépit de l'intention affirmée en début d'année par le Premier ministre Nawaz Sharif.

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article

Pour en savoir plus