Menace terroriste en France : "toujours très élevée" pour Cazeneuve

Par , publié le
France Le ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve
Le ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve

Pour le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, la menace terroriste demeure particulièrement élevée en France, même si tout est fait selon ses dires "pour protéger les Français".

Six mois ont passé depuis les attentats du 13 novembre. Entre-temps, quinze projets d'attentats ont été déjoués en France, 101 arrestations relatives au djihadisme ont été opérées et 33 millions de contrôles aux frontières ont empêché 17.500 individus d'entrer dans l'Hexagone. Peut-on toutefois affirmer que la menace terroriste en France est moindre qu'en fin d'année dernière ?

Pour le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve dont Le Dauphiné Libéré rapporte les propos, "nous faisons tout pour protéger les Français, mais la menace est toujours très élevée. C’est la raison pour laquelle nous avons proposé au Parlement de prolonger l’état d’urgence de deux mois supplémentaires."

Euro 2016 en France : Cazeneuve annonce "une mobilisation exceptionnelle"

Les principal évènements sportifs de cet été seront vraisemblablement l'Euro 2016 de football et le Tour de France, expliquant ainsi la récente prolongation de l'état d'urgence pour que la fête demeure fête : "Il faut continuer de vivre normalement sinon nous organiserions la victoire des terroristes. Ces grands événements doivent avoir lieu.

Mais bien entendu nous les entourons d’une mobilisation exceptionnelle pour assurer le plus haut niveau de sécurité possible. C’est une des raisons pour lesquelles nous prolongeons l’état d’urgence jusqu’au 26 juillet, c’est-à-dire après la fin de l’Euro de football et du Tour de France."

Les policiers "méritent le respect et la gratitude"

Alors que les policiers avaient vu leur côte de popularité grimper en 2015 suite aux attentats de janvier et novembre, leur image s'est écornée en 2016 dans les manifestations d'opposants à la loi Travail. Devant le constat de représentants de l'ordre exténués par ces tensions, le ministre de l'Intérieur estiment que ceux-ci "méritent le respect et la gratitude de tous nos compatriotes.

Les violences à leur encontre sont inacceptables, et je ne les accepterai jamais. Les quelques-uns qui ont manqué à leur déontologie, et qui doivent être sanctionnés, ne doivent pas occulter le travail formidable de l’immense majorité d’entre eux, qui sont exemplaires."

Crédits photos : © Pascal Potier (Visual Press Agency) pour Public Sénat/Phototele

Partager cet article

Pour en savoir plus