Loi Travail : Le centre de traitement de déchets d'Ivry bloqué

Par , publié le | modifié le
France Des poubelles qui débordent dans une rue à Paris, le 8 octobre 2015
Des poubelles qui débordent dans une rue à Paris, le 8 octobre 2015

Une centaine d’éboueurs et égoutiers, agents territoriaux de la ville de Paris, bloquent depuis lundi matin le centre de traitement de déchets d’Ile-de-France à Ivry-sur-Seine/Paris 13.

Après les transports et l’énergie, c’est au tour du monde du traitement des déchets de rejoindre la fronde contre le projet de Loi Travail. En effet depuis ce matin, une centaine d’éboueurs et d’égoutier du centre de traitement des déchets d’Île-de-France situé à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) sont entrés en grève et bloquent les lieux.

Blocage total du centre de traitement des déchets ménagers

Selon les informations du journal Le Parisien, le mouvement des éboueurs et des égoutiers, agents territoriaux de la ville de Paris, bloquent toute entrée et toute sortie du centre de traitement des déchets depuis 7h45 ce matin. De ce fait, les camions transportant les ordures ménagères ne peuvent vider leurs chargements.

Dans un communiqué, la CGT précise que « Depuis ce matin à l’initiative de militants de syndicats de la Fédération CGT des Services publics, à Ivry (94)/Paris 13, la première usine d’Europe d’incinération de déchets est bloquée par les Syndicats du Nettoiement et des Égoutiers de la Ville de Paris et des militants de plusieurs syndicats d’agents territoriaux d’Ile-de-France ». Un mouvement entamé pour protester contre le « jusqueboutisme du gouvernement dans sa volonté d’imposer le projet de loi El Khomri ».

Le début d’un mouvement d’envergure nationale ?

Ce mouvement pourrait être le premier d’une longue série dans les centres de retraitements des déchets, car la CGT invite « à engager partout sur le territoire des actions visant à paralyser la collecte et le traitement des déchets ».

L’usine, qui récupère l’énergie produite par l’incinération des déchets, reçoit chaque jour entre 1.500 et 2.000 tonnes de déchets, soit 150 à 200 camions venant de 15 communes selon le site de l’exploitant Syctom.

Crédits photos : © AFP ERIC FEFERBERG

Partager cet article

Pour en savoir plus