Les préjugés sur l'obésité peuvent survenir chez les enfants avant 3 ans

Par , publié le
Société Photo d'illustration. Une mère et son enfant.
Photo d'illustration. Une mère et son enfant.

Par mécanisme de mimétisme, les enfants sont susceptibles d'adopter les préjugés qui peuvent peser sur les personnes obèses ou en surpoids.

Jusqu'à présent, les scientifiques avaient observé chez des enfants de 3 ans et demi et de 5 ans des comportements fondés sur l'anti-obésité, et provenant de la mère. Aujourd'hui, une étude néo-zélandaise considère que ce mimétisme peut survenir dès l'âge de 3 ans, voire avant.

Dès 32 mois, un enfant perçoit les obèses de la même façon que sa mère

Les psychologues de l'Université d'Otago ont analysé 70 binômes mère-enfant, avec l'aide de confrères australiens et américains. Côté mamans, on a répondu à un questionnaire centré sur leur vision des personnes obèses et en surpoids. En parallèle, leur rejet de cet état physique a été évalué. Pour leur part, les comportements des enfants ont été confrontés à des photos d'individus présentant des morphologies différentes.

De fait, si un bébé de 10 mois semble afficher une préférence pour les représentations de personnes en surpoids, c'est l'inverse qui se produit à partir de 32 mois, soit 2 ans et 8 mois. La conclusion, vous l'aurez devinée, est que l'enfant calque ses comportements sur ceux de leur mère.

Déterminer à quel âge un enfant pense comme ses parents

Pour le Pr Ted Ruffman, qui a dirigé l'étude parue dans la revue Journal of Experimental Child Psychology, il n'était pas question ici de dénoncer une perception stigmatisante des obèses : "Le fait est que ce sont principalement les mères qui en ont la charge à titre principal et qu'elles reflètent de manière plus large des attitudes sociétales", a-t-il précisé. Il s'agissait plutôt de calculer à partir de quel âge un enfant était influencé par les positions de ses parents.

L'équipe de psychologues ajoute également que cette "peur des gros" peut induire "des sentiments d'isolement, des attitudes dépressives, des symptômes psychiatriques, une faible estime de soi et une image dégradée de son corps chez les personnes obèses qui en sont la cible".

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus