Les internautes peuvent désormais visiter le plateau de Gizeh en 3D

Par , publié le
Culture Gizeh en 3D

N'importe quelle personne pourra désormais visiter en 3D la pyramide de Khéops ou les chambres funéraires du plateau de Gizeh depuis un ordinateur en se rendant sur un site Internet.

Le projet a été mis au point par l’entreprise française Dassault Systèmes, spécialisée dans les logiciels de conception 3D notamment. Mené conjointement avec le musée des Beaux-Arts de Boston aux Etats-Unis, il est basé sur des archives sur la nécropole. Pour démarrer la visite il suffit de se rendre sur le site www.3ds.com/giza3D depuis n’importe quel ordinateur traditionnel.

 » Avec un simple ordinateur domestique, le grand public peut découvrir les merveilles de l’Egypte ancienne. Avec un écran télé 3D, les utilisateurs peuvent faire l’expérience d’une immersion stéréoscopique plus fascinante encore «  explique Mehdi Tayoubi, responsable de la stratégie et du marketing interactif chez Dassault Systèmes.

Avec cette reconstitution, les visiteurs peuvent se promener dans la nécropole et visiter les tombes, les galeries et les chambres funéraires ainsi que les pyramides de Khéops et de Mykérinos. Par ailleurs, il est possible de contempler les premiers objets découverts au début de XXème siècle et de consulter les différentes notes et études des différents archéologues.

Le projet Giza 3D est également destiné à devenir un outil pour les musées, qui s’en serviront pour des expositions via l’intermédiaire de  » salles immersions « , mais aussi pour la recherche ou l’éducation.

 » La puissance de la 3D permet de découvrir et d’explorer le plateau de Gizeh tel qu’il était au temps des anciens Egyptiens, ce qui est tout simplement impossible à faire aujourd’hui avec les objets qu’abritent les musées du monde entier. Les ravages de l’érosion, les pillages et l’extension de la cité ont à jamais modifié l’aspect originel de ce plateau « , souligne Lawrence Berman, conservateur des antiquités égyptiennes au Museum of Fine Arts de Boston.

Partager cet article