Les français, toujours consommateurs de vin

Par , publié le
France
Verre de vin

Selon une étude, 67% des français se déclarent consommateurs fréquents de vin. Une étude qui confirme que les habitudes de consommation sont en train de changer.

C’est un secret de polichinelle. En plus d’être des producteurs, les français sont de gros consommateurs de vin. Un peu plus encore avec cette récente étude qui affirme qu’il y a une augmentation des consommateurs entre 2010 et 2015. Une façon de consommer le vin assez différente que dans le passé. Les français consommeraient cette boisson de façon plus occasionnelle.

L’étude menée par FranceAgriMer nous informe donc qu’il y a 67% de français « consommateurs occasionnels fréquents » qui boivent du vin une à deux fois par semaine. Ils étaient 60% en 2010. "Au total, il y a plus de consommateurs de vin en 2015, mais la consommation est plus occasionnelle. Le vin est passé d'une composante de repas à une boisson culturelle", résume FranceAgriMer.  "La convivialité du repas détermine la consommation de vin » conclut-elle.

Un regain d’intérêt pour le vin

Concrètement, le vin a toujours été bien considéré par les français, mais on note « un regain d’intérêt » pour le vin depuis quelques années, en adéquation avec le retour du fait maison, et des émissions culinaires, toujours très populaires en France. La manière de consommer du vin est également différente.

"Avant, le vin était une composante d'un repas. Aujourd'hui, c'est plus un plaisir, une composante culturelle", explique Caroline Blot de FranceAgriMer.Pour autant, les français ne sont pas forcément tous des fins connaisseurs de vin : "Dans les rayons d'un supermarché, le consommateur est perdu. Il reste encore très difficile de choisir un vin, et d'autant plus qu'on est censé s'y connaître, en France", souligne Caroline Blot.

Un tiers de la population ne boit pas de vin

L’enquête de FranceAgriMer n’en n’oublie pas pour autant, ceux qui ne boivent pas de vin. Un tiers de la population française ne consomme pas de vin, ou de manière très exceptionnelle. L'enquête d’Agrimer a été réalisée en face à face à domicile auprès de 4.030 personnes représentatives de la population française âgée de 15 ans et plus, du 22 avril au 13 juin 2015.

Crédits photos : morgueFile

Partager cet article