Israël interdit l'accès à un enquêteur de l'ONU en Palestine

Par , publié le | modifié le
International
Ban Ki-Moon, secrétaire Général des Nations Unies.

Un porte-parole israélien a indiqué lundi que les autorités avaient récemment interdit la venue d'un enquêteur de l'ONU sur les droits de l'Homme dans les Territoires palestiniens occupés et prétend que la guerre était légitime et légale.

L'enquêteur spécial de l'ONU, Makarim Wibisono a été dépêché en Israël. Il doit enquêter sur la situation des droits de l'Homme dans les Territoires palestiniens occupés. Le rapporteur doit rédiger un rapport qu'il devra présenter à l'Assemblée générale des Nations unies à New York pour cet automne.

Son accès sur ces Territoires lui a été refusé. "Nous n'avons pas permis cette visite car Israël coopère avec toutes les commissions internationales et tous les rapporteurs sauf quand le mandat qui leur est confié est d'avance anti-israélien et qu'Israël n'a aucune chance d'être entendu", a déclaré à l'AFP Emmanuel Nahshon, le porte-parole des Affaires étrangères israéliennes.

Israël interdit l'accès à l'enquêteur de l'ONU pour la seconde fois

Ce n'est pas la première fois que Makarim Wibisono a été interdit d'accès par Israël. D'après le porte-parole des Affaires étrangères israéliennes, Makarim Wibisono devait enquêter en Israël ainsi que dans les Territoires en 2014.

Le rapporteur spécial des Nations Unies est considéré comme l'expert de l'ONU le plus haut placé sur la question des droits de l'Homme dans les Territoires palestiniens. Sa nomination est décidée par le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU.

Israël a publié un rapport sur la guerre

Israël a voulu devancer le rapport des Nations Unies. Le pays a publié un rapport sur la guerre de Gaza. Ce rapport explique que les soldats israéliens n'ont pas intentionnellement visé les civils palestiniens et que leurs actions étaient "légitimes" et "légales".

Le premier Ministre d'Israël, Benjamin Netanyahu avait déjà boycotté les travaux du Conseil. Ce dernier affirme que la lecture du rapport de la commission d'enquête de l'ONU représente une "perte de temps".

Crédits photos : plavevski / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus