Haute-Garonne : mort d'un ouvrier sur le chantier d'un futur lycée

Par , publié le
Faits Divers Photo d'illustration. Le gyrophare d'une moto de gendarmerie.
Photo d'illustration. Le gyrophare d'une moto de gendarmerie.

Mercredi après-midi en Haute-Garonne, un ouvrier a trouvé la mort sur le chantier d'un futur lycée. L'homme âgé d'une cinquantaine d'années aurait été écrasé par un escalier de béton.

Le drame s'est produit mercredi après-midi, sur le chantier d'un futur lycée appelé à ouvrir sur la commune de Pibrac, située à 20 kilomètres de Toulouse (Haute-Garonne). Un ouvrier âgé d'une cinquantaine d'années y a ainsi trouvé la mort après avoir été possiblement écrasé par un escalier de béton.

Deux enquête ont été ouvertes, la première confiée à la brigade de gendarmerie de Léguevin et la seconde à l’inspection du travail, afin que soient précisément déterminées les circonstances de la tragédie. Selon les éléments récoltés et rapportés par nos confrères de France 3 Midi-Pyrénées, il semblerait que cet apparent accident soit survenu au moment où la grue effectuait la pose de ce gros escalier.

Mort d'un ouvrier en Haute-Garonne : deux enquêtes ouvertes

On apprend par ailleurs qu'un autre ouvrier a été blessé dans cet incident. Ils étaient au nombre de sept sur les lieux au moment du drame. Dans une intention que l'on imagine principalement dirigée envers ces ouvriers, l'Inspection du travail et l'entreprise de travaux a mis en place une cellule d'aide psychologique.

Un élu de la région Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon, qui se trouve également être maître d’œuvre du chantier, s'est rendu sur le chantier. Le maire de Pibrac Bruno Costes a quant à lui exprimé sur le réseau social Facebook, "au nom du Conseil Municipal, toutes [ses] sincères condoléances à [la] famille, [aux] proches, ainsi qu'[aux] collègues" du disparu.  Il a de même présenté ses "vœux de prompt rétablissement" à l'ouvrier "blessé dans ce tragique évènement".

Les travaux suspendus pour le reste de la semaine

Il était attendu que ce lycée en construction ouvre ses portes à la rentrée 2017 pour y accueillir quelque 1.000 élèves. Si les délais de 18 mois d'ouvrages devraient être respectés après un chantier lancé en janvier dernier, les travaux ont été suspendus pour marquer le deuil. Ils reprendront lundi.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus