Garde à vue de Jean-Michel Maire pour "une histoire qui ne date pas d'aujourd'hui"

Par , publié le
Télévision Jean-Michel Maire dans TPMP
Jean-Michel Maire dans TPMP

Mardi, le chroniqueur de TPMP Jean-Michel Maire a été entendu dans une affaire de trafic de stupéfiants et placé en garde à vue. Il affirme aujourd'hui que ce dossier remonte à une époque où il était effectivement consommateur.

Le 8 novembre dernier, soit mardi, le chroniqueur de TPMP Jean-Michel Maire a été convoqué par la brigade des stupéfiants qui l'a ensuite auditionné plus placé en garde à vue. Après sa sortie, intervenue après une dizaine d'heures, le journaliste explique le pourquoi du comment.

Auprès de Closer, il a ainsi raconté que "c'est une histoire qui ne date pas d'aujourd'hui. Je suis interrogé dans le cadre d'une procédure qui date d'il y a deux ans. J'apparais dans le fichier de quelqu'un qui a été mis sur écoutes et j'ai été entendu pour savoir quelles étaient mes relations avec cette personne-là. On m'a demandé si je connaissais ses activités et ce que je savais de son travail, de ses antécédents etc..."

Jean-Michel Maire en garde à vue : un nom dans un téléphone

Le chroniqueur semble valider une affaire de trafic de drogue : "Les enquêteurs sont restés très vagues. Mon nom apparaît dans le téléphone de la personne sur laquelle la police enquête. Il se trouve que cette personne est un ami. J'ai expliqué aux enquêteurs que je ne connaissais pas ses activités."

Il reconnaît au passage avoir touché à la cocaïne dans le contexte du dossier : "J'ai dit aux enquêteurs que je l'avais été, mais que maintenant j'étais suivi par un hypnotiseur. Je ne consomme plus. A l'époque qui intéressait les enquêteurs, il m'arrivait de consommer."

Pas de crainte pour son avenir dans TPMP

Interrogé sur une possible crainte de sa part de voir son avenir à la télévision, et plus précisément dans TPMP, quelque peu compromis suite à cette affaire, Jean-Michel Maire apparaît plutôt serein sur la question : "Ce sont deux choses qui n'ont rien à voir. Il y a mon travail d'un côté et ma vie privée de l'autre. Je n'ai pas été interpellé dans le cadre de mon travail ou sur mon lieu de travail donc ce sont deux choses complétement séparées."

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article

Pour en savoir plus