Des explosifs retrouvés chez un chauffeur de VTC fiché S

Par , publié le
Faits Divers Arme de service d'un policier. Image d'illustration.
Arme de service d'un policier. Image d'illustration.

Lors d’une perquisition pour une affaire de cambriolages, les policiers ont retrouvé des explosifs prêts à l’emploi chez un chauffeur de VTC faisant l’objet d’une fiche S.

Quand une interpellation béguine accouche de l’arrestation d’un terroriste présumé. Selon les informations d’Europe 1, dans la nuit de dimanche à lundi à Boissy-Saint-Léger (Val-de-Marne), les policiers qui pensaient arrêter un individu impliqué dans des affaires de cambriolages ont finalement découvert des explosifs chez le suspect. Un homme qui faisait l’objet d’une fiche S.

Il retournait cambrioler ses clients

Avant l’interpellation de cet homme de 23 ans suspecté de cambriolage, les policiers étaient au courant que ce dernier possédait une fiche S, la signalétique du fichier des personnes recherchées pour atteinte à la sûreté de l’État.

Le mode opératoire de ce chauffeur de VTC serait très simple. Après avoir déposé ses clients, le cambrioleur présumé retournait chez eux pour les cambrioler. Mais plus que le butin de ces vols, c’est un véritable arsenal que retrouveront les policiers chez l’individu.

Des explosifs chez l’homme fiché S

Première découverte faite par les policiers sera un drapeau du groupe jihadiste État islamique dans son téléphone. Dans sa voiture seront également retrouvés des papiers d’identité volés, sans doute destinés à un trafic.

Mais c’est lors de la perquisition au domicile du cambrioleur présumé que les enquêteurs feront la découverte la plus spectaculaire. Deux bâtons de dynamite prêts à l’emploi, des fils et des détonateurs sont également entreposés chez le suspect, sans aucune précaution particulière. L’homme a immédiatement été placé en garde à vue et, en plus des affaires de cambriolages, devra répondre de la possession de ces explosifs. Les enquêteurs tenteront de déterminer à quel usage ces derniers étaient destinés.

Partager cet article

Pour en savoir plus