Etats-Unis : Vester Flanagan voulait faire d'autres victimes

Par , publié le
International Capture d'écran fournie par la chaîne WHSV TV, de Vester Lee Flanagan à une date non précisée
Capture d'écran fournie par la chaîne WHSV TV, de Vester Lee Flanagan à une date non précisée

Vester Flanagan, l'homme qui avait abattu mercredi deux journalistes lors d'un direct à la télévision avait planifié de tuer d'autres personnes.

Selon Terry McAuliffe, le gouverneur de l'Etat de Virginie où le drame a eu lieu, Vester Flanagan comptait faire d'autres victimes avant de se donner la mort.

Des actes planifiés et l'intention de faire plusieurs victimes

Selon Terry McAuliffe : "nous avons appris aujourd'hui que cet individu disposait de beaucoup de munitions et qu'il avait l'intention de faire du mal à un grand nombre de personnes, selon nous" avant d'ajouter que : "nous ne pouvons clairement pas entrer dans son esprit pour découvrir ce qu'il comptait faire mais, de toute évidence, il avait de mauvaises intentions".

Lors de la fouille du véhicule du meurtrier présumé, les policiers ont découvert un pistolet Glock légalement acheté et chargé, 6 chargeurs de munitions, 17 lettres timbrées, une valise contenant des plaques d'immatriculation, un châle et une perruque ainsi qu'une liste de tâches à accomplir dont les détails n'ont pas été révélés par la police.

La vengeance sans doute à l'origine de ses actes

Quelques heures après avoir tué les deux journalistes, Vester Flanagan a envoyé un très long courrier par fax à la chaine ABC News dans lequel il explique notamment avoir souffert des brimades au sein de la chaîne qui l'employait mais aussi durant toute sa vie le transformant "en baril de poudre". Gay et noir, il assure dans sa lettre avoir subit un harcèlement permanent, des propos racistes et avoir subit des agressions sexuelles.

La tuerie dans l'église afro-américaine aurait aussi agit comme un catalyseur : "la fusillade de Charleston s’est déroulée le 17 juin 2015, j’ai déposé un acompte pour acheter un pistolet le 19. C’est vraiment ce meurtre dans l’église de Charleston qui m’a poussé à aller si loin" avant de parler de sa fascination pour les tueurs de Columbine et de Virginia Tech et d'ajouter "eh oui, je suis complètement taré dans ma tête".

Crédits photos : © WHSV TV/AFP/Archives Handout

Partager cet article

Pour en savoir plus