Etats-Unis : un ado survit à une amibe "mangeuse de cerveau"

Par , publié le
Sciences Sebastian DeLeon, qui a survécu à une amibe mortelle.
Sebastian DeLeon, qui a survécu à une amibe mortelle.

Contaminé par une amibe mortelle dans la quasi-totalité des cas, un adolescent de 16 s'en est tiré par miracle selon les médecins qui l'avaient pris en charge.

Sebastien DeLeon est un miraculé. Alors qu'il se trouvait en compagnie de ses parents un parc d'attractions en Floride au début du mois d'août, l'adolescent de 16 ans est pris de terribles maux de tête.

Transporté dans un hôpital pour enfants à Orlando, il est pris en charge par des médecins qui suspectent dans un premier temps une méningite.

L'amibe, un organisme "dévorant tout sur son passage"

Cependant, pas de symptôme de raideur dans la nuque chez Sebastien, ce qui pousse les médecins à écarter la thèse de la méningite. Une ponction lombaire est décidée, qui n'éclaire pas plus la responsable du laboratoire de prime abord. Seulement, elle a suivi une formation visant à lui apprendre à débusquer la présence d'amibes Naegleria fowler, qui s'épanouissent dans les eaux de faible profondeur.

L'organisme s'insinue dans le nez de la personne qui s'y baigne pour atteindre le cerveau via le nerf olfactif. Il y a deux ans, le magazine Sciences & Avenir lui avait consacré un article, en indiquant que l'amibe se "fraye un chemin en dévorant tout sur son passage jusqu'au cerveau où elle occasionne des dégâts considérables et irréversibles".

Un antidote efficace

Une fois le diagnostic établi, l'urgence est de mise car il faut agir avant qu'elle n'atteigne le cerveau de l'adolescent. En moins d'un quart d'heure, le produit généralement administré dans le cadre d'une chimiothérapie arrive à l'hôpital et le traitement débute. Afin de lui donner encore plus de chances de réussite, le corps de Sebastien est plongé dans un coma médicamenteux, et son corps est refroidi à 33 degrés.

Trois jours plus tard, l'amibe n'apparait plus dans les résultats d'analyse, l'ado est sauvé et a pu regagner son domicile après deux semaines de suivi. D'après le Washington Post, et depuis 1962, Naegleria fowler a touché 138 personnes à l'échelle du pays, et seules 3 y ont survécu.

Crédits photos : Capture d'écran Youtube / Washington Post

Partager cet article

Pour en savoir plus