États-Unis : 37 ans après la disparition d'un enfant, un homme reconnu coupable de son meurtre

Par , publié le
International
Photo d'illustration. La Justice.

Un homme aujourd'hui âgé de 56 ans a été reconnu coupable par la justice américaine de l'enlèvement et du meurtre d'un petit garçon de 6 ans en 1979. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Les fait remontent au 25 mai 1979 et se sont déroulés à New York (États-Unis). Etan est un petit garçon de 6 ans qui s'apprête à prendre le bus scolaire seul pour la première fois, à quelques pas de sa maison. Il ne sera apparemment jamais monté à bord et jamais son corps n'aura été retrouvé.

Des avis de recherche auront notamment été placardés sur les boites de lait vendues aux États-Unis, une première. Un Centre pour enfants disparus aura même vu le jour, sans qu'aucun élément ne permette de déterminer la localisation de l'enfant. En 2001, c'est-à-dire 22 ans après sa disparition, il est officiellement déclaré mort.

Un épicier jugé après la disparition d'Etan en 1979

Un suspect se dessinera par la suite : Pedro H., épicier de 18 ans à l'époque qui travaillait près de l'arrêt de bus où Etan était censé prendre son bus. En 2012, il avoue à la police avoir attiré le garçonnet dans le sous-sol de sa boutique avant de l'étrangler. Il a ensuite affirmé avoir mis le corps de l'enfant dans un sac plastique, placé le tout dans un carton et jeté ce dernier dans une poubelle.

Un premier procès de quatre mois s'est tenu en 2015, comme le rapporte L'Obs. Alors que la majorité des jurés s'était prononcée en faveur de la culpabilité de Pedro H, le douzième ne l'a pas suivie, résultant en une unanimité impossible à établir et l'annulation du procès.

Un troisième procès envisagé

Durant le second procès, les aveux du prévenu ont été remis en cause, la défense ayant ainsi évoqué la pression mise par les autorités sur Pedro H. pour lui soutirer ces propos. Les avocats du prévenu ont de même mis en avant des troubles de la personnalité dont souffrirait leur client.

Après avoir réécouté les aveux du suspect, les jurés ont tant bien que mal fini par décider à l'unanimité de la culpabilité de Pedro H., même si l'avocat de la défense envisage un troisième procès. Mentionnant des "problèmes de droit substantiels", il a ainsi déclaré que son client et lui allaient faire appel. La condamnation du prévenu est attendue pour être prononcée le 28 février prochain, et elle pourrait prendre la forme d'une peine de prison à perpétuité.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus