Epilepsie : vers un traitement pour endiguer les crises ?

Par , publié le
Santé
Photo d'illustration. Un laboratoire.

Une équipe de neuroscientifiques a mis au point un composé capable réduire la fréquence des crises d'épilepsie, ainsi que leurs effets.

Une espoir pour toutes les personnes souffrant d'épilepsie dans le monde, soit environ 50 millions de personnes ? Des chercheurs de l'université de Louisiane, aux Etats-Unis publient dans la revue Nature les résultats d'une étude qui vont dans ce sens.

Si leur molécule n'a pas pour l'instant pas été testée sur l'homme, elle a montré des résultats encourageants sur les rongeurs.

Epilepsie : l'espoir suscité par les composés LAU

Diminuer les effets des crises, ainsi que leur fréquence, tels sont résultats de l'étude menée sur des modèles de souris épileptiques. Les composés nommés LAU sont parvenus à garder les connexions neuronales qui sont détériorées à la survenance d'une crise. Quand elles sont endommagées, elles ont ensuite du mal à assurer à nouveau une bonne connexion. Alors hyperconnectés, les circuits neuronaux induisent de nouvelles crises.

Concrètement, les LAU stoppent un récepteur qui est chargé d'alerter sur l'inflammation dans le cerveau. La fréquence des crises est réduite, jusqu'à les empêcher totalement même 100 jours après la fin du traitement.

Traiter la crise, et non les symptômes

Le Docteur Nicolas Bazan, directeur du centre de neuroscience de la Nouvelle-Orléans, a commenté cette découverte : "Cela suggère que le processus de développement de l’épilepsie a été arrêté". Il faut rappeler qu'à ce jour, les traitements gèrent les symptômes, mais en aucun cas la maladie. Détail qui n'en est pas un : pour 30% des malades, les traitements n'ont aucun effet. Et pour les personnes sur lesquelles ils sont efficaces, ils sont accompagnés d'effets secondaires.

Désormais, les scientifiques vont s'attacher à conduire de nouvelles études sur la question, qui seront suivis par des essais cliniques sur l'homme.

Crédits photos : motorolka/shutterstock.com

Partager cet article