Enseignants : les affectations doivent être plus humaines

Par , publié le
France Une classe à Paris, le 9 septembre 2014
Une classe à Paris, le 9 septembre 2014

Dans son rapport présenté hier, Claude Bisson-Vaivre, le médiateur de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur, demande à ce que les affectations des enseignants soient plus humaines.

Le ministère de l'Education nationale doit gérer l'affectation d'1 million de personnes. Entre ceux qui veulent se rapprocher de leur conjoint ou encore les contractuels qui se retrouvent loin de leur famille, il est difficile de contenter tout le monde. A ce sujet, le médiateur de l'Education nationale demande à l'institution de bien clarifier les règles aux enseignants et de faire preuve de plus d'humanité.

Eviter les enseignants non satisfaits de leur affectation

Tous les ans, le ministère de l'Education nationale reçoit entre 600 et 800 plaintes d'enseignants concernant les affectations ou les mutations. Selon le médiateur, une "affectation dans une académie non désirée" peut faire suite à "d’importantes difficultés humaines, déboucher sur des solutions d’évitement non satisfaisantes comme le placement en congé sans traitement ou en disponibilité, des arrêts maladie, voire des démissions, et par ricochet affecter les élèves qui se retrouvent temporairement sans enseignant".

Le médiateur de l'Education nationale souligne notamment les séparations de conjoints de plus de 3 ans auxquelles il est important de mettre fin. En outre, il estime que dans ces situations, les bonifications en cas de garde alternée des enfants ne sont pas assez élevées.

Le médiateur demande de mieux informer les enseignants

Toujours selon le médiateur, les enseignants ne seraient pas assez informés concernant les règles des demandes d'affectation et de mutation. Il demande notamment que soient présentées, "dès la préparation du concours, des informations précises dans un langage simple et clair sur les règles applicables". Dans certains cas des personnels regrettent d'avoir coché "rapprochement de la résidence de l'enfant", qui rapportait moins de points que "rapprochement de conjoint".

Des informations sur les barèmes doivent également être fournies. Les affectations dans telle ou telle académie sont soumises à des barèmes. Il faudra atteindre un barème plus élevé pour prétendre entrer dans une académie très demandée par exemple. Les enseignants accumulent des points selon des critères tels que la situation familiale ou l'ancienneté.

Le ministère indique toutefois avoir fait des efforts au niveau des informations que les enseignants peuvent consulter sur le site devenirenseignant.gouv.fr. En outre, les cas de conjoints séparés de plus de 3 ans sont de moins en moins fréquents souligne-t-il.

Crédits photos : © AFP/Archives Fred Dufour

Partager cet article