Encore un cannibale aux États-Unis

Par , publié le
Monde Alexander Kinyua

Depuis une semaine, deux meurtres sanglants défraient la chronique. Digne des plus grands films d’horreurs américains, le cannibalisme revient effrayer les Etats Unis.

Tout commence le Samedi 26 Mai à Miami. Des témoins aperçoivent une scène qu’ils n’oublieront sûrement jamais : un homme nu est découvert en train de dévorer le visage d’un SDF de 65 ans, Ronald Poppo.

>> A lire : Des policiers abattent un cannibale en plein Miami

Ils préviennent immédiatement les forces de l’ordre qui, arrivés sur place, découvrent l’horrible spectacle. Malgré les supplications des témoins et des policiers d’arrêter ce massacre, le cannibale ne semble pas les entendre. L’agresseur, Rudy Eugene, aurait même « relevé la tête avec des morceaux de chair dans la bouche » tout en grognant. Une attitude qui semble bien animale … N’arrêtant pas de dévorer sa proie, les policiers ont dû l’abattre de plusieurs balles pour qu’il soit mis hors d’état de nuire. La victime avait les trois quarts de son visage dévorés et a été transporté immédiatement à l’hôpital.

Un cas bien étrange, car quelques jours plus tard l’horreur se reproduit. Ce jeudi 31 mai, les médias américains nous dévoilent un autre massacre. Alexander Kinyua, jeune homme de 21 ans étudiant dans le Maryland, aurait avoué avoir tué son colocataire, puis l’avoir découpé, afin de manger son cœur et quelques parties de son cerveau. L’interpellation du suspect aurait eu lieu après que son frère ait découvert les restes de la victime, sa tête et ses mains. La victime, Kujoe Bonsafo Agyei-Kodie, un homme de 37 ans, était portée disparue depuis quelques heures.

Pourtant aucun mobile réellement certain n’est avancé pour les deux crimes. Comment de tels actes de violence ont-ils pu être commis ? Les médias et la police s’avancent sur plusieurs hypothèses : pour le tueur de Miami on pense à une trop forte consommation d’un nouveau type de LSD, une drogue synthétique. Pour le tueur du Maryland, on avance des troubles psychologiques, mais il est difficile pour le moment de définir un mobile exact pour des crimes si abominables.

Partager cet article