Dys : une journée nationale pour sensibiliser aux troubles d'apprentissage

Par , publié le
Santé
Photo d'illustration. Des élèves en train de lire.

Le samedi 10 octobre se tiendra la Journée Nationale des Dys, censée sensibiliser sur les troubles d'apprentissage tels que la dyslexie, la dyspraxie ou encore la dysphasie.

Sur l'initiative de la Fédération Française des Dys (FFDys) se tiendra demain samedi 10 octobre la neuvième édition de la Journée Nationale des Dys. Le but de la démarche, sensibiliser sur les différents troubles de l'apprentissage liés à cette particule (signifiant "difficilement, avec peine") et pouvant concerner aussi bien les enfants que les adultes.

Et ils sont divers, comme nous le rapportent nos confrères de LINFO.re : dyslexie, dyspraxie, dysphasie, dysorthographie, dyscalculie... La détection de ces troubles est appelée à intervenir relativement tôt dans leur développement, puisque l'on nous indique ainsi que leurs répercussions peuvent revêtir plusieurs formes peu séduisantes sur "la vie scolaire, professionnelle et sociale" des personnes en étant atteintes.

Dyslexie, dyspraxie, dysphasie : la Journée Nationale des Dys le samedi 10 octobre

L'Académie nationale de médecine estime à environ 8% la proportion d'enfants d'âge scolaire touchés par des troubles d'apprentissage. Et dans une optique de prévention ou même de correction, elle recommande tout d'abord "de renforcer les liens et [de] généraliser une collaboration étroite entre les compétences médicales et pédagogiques de manière à dépister le plus tôt possible les troubles neurocognitifs et plus spécialement, les troubles spécifiques des apprentissages, ainsi que leur retentissement psychologique".

Les recommandations de l'Académie nationale de médecine

Elle demande ensuite à ce que soit réaffirmée "la place et le rôle essentiel dans le parcours de soins des différentes professions paramédicales (orthophonistes, mais aussi psychomotriciens, ergothérapeutes et neuropsychologues)". Avant de conseiller la mise en place de "programmes de recherche orientés prioritairement vers l’évaluation des pratiques thérapeutiques", ainsi que la promotion de "la formation des médecins (généralistes et spécialistes) dans le domaine du développement neurocognitif et comportemental (troubles des apprentissages)". Précisons de même que les prises en charge des enfants souffrant de troubles "Dys" ne sont pas forcément les mêmes selon leurs besoins, et que la dyslexie constitue la famille la plus tardive à repérer (avec de premiers soupçons ne pouvant être émis qu'à l'âge des premières lectures).

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article